Luttes sociales

« Pour la réussite éducative »

Bureau de l’Association des Maires du Département de La Réunion

Témoignages.re / 2 septembre 2011

Le Bureau de l’Association des Maires réuni ce mercredi 31 août 2011

• Considérant la suppression d’environ 50.000 postes dans l’Éducation Nationale depuis 2007 ;

• Considérant la mesure de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite dans l’Éducation Nationale qui concerne 16.000 personnes à la rentrée 2011 ;

• Considérant la diminution des effectifs pour 2011 répartie de façon suivante : 8.967 personnels enseignants dans les écoles primaires publiques, 4.800 postes de personnels enseignants dans les collèges et lycées publics, 600 emplois de personnels administratifs et 1.533 emplois dans l’enseignement privé ;

• Considérant la suppression de près de 400 postes d’enseignants, de 2008 à 2011, dans l’Académie de La Réunion ;

• Considérant la suppression de 162 postes à la rentrée prochaine de 2011 dans l’Académie de La Réunion : 75 dans le premier degré, 81 dans le second degré, 5 administratifs et 1 emploi dans l’enseignement privé ;

• Considérant la fermeture envisagée de 95 classes dans le primaire,

• Considérant que 23% de la population des plus de 15 ans, soit 120.000 personnes sont en situation d’illettrisme

• Considérant que le taux de sortie sans qualification à l’issue de la scolarité obligatoire est deux fois plus élevé que la moyenne métropolitaine, et place l’Académie de La Réunion à la deuxième place des taux de sortie les plus forts. Le taux est de 12% concerne environ 1.700 élèves ;

• Considérant les résultats aux évaluations bilans en CE1 qui montrent que, les élèves Réunionnais ont un score de réussite en mathématiques et en français inférieur de 10 points à la moyenne nationale.

• Considérant qu’aux évaluations bilans en CM2, 40% des élèves Réunionnais sont en difficulté et n’ont pas acquis le socle commun de connaissances et de compétences en français. En mathématiques, 53% des élèves n’ont pas acquis le socle commun (contre 35% au niveau national) ;

• Considérant que, dans le contexte d’aggravation du chômage qui a progressé de 12,2% l’an dernier et touche 147.000 Réunionnais, l’école a un rôle de premier plan à jouer ;

• Considérant la part importante des jeunes dans la population réunionnaise, 35% des Réunionnais ont moins de 20 ans, et d’une augmentation de 4,3% de la population tous les ans ;

• Considérant qu’un jeune sur deux est au chômage ;

• Considérant que ce sont les moins diplômés qui sont le plus touchés : en effet 55% des jeunes actifs de 19 34 ans sans diplôme sont au chômage, alors que 27% des bacheliers sont au chômage, et que 15% des diplômés du supérieur sont au chômage ;

• Considérant que les deux tiers de la population scolaire de La Réunion sont issus de milieux défavorisés ;

• Considérant que l’École est le lieu où se combattent les inégalités et le chômage, où se forment les futures forces vives de La Réunion ;

Considérant que des professeurs des écoles compétents sont disponibles localement ;

• Considérant que les communes offrent toutes les conditions matérielles nécessaires pour accueillir l’ouverture de nouvelles classes.

Les maires, inquiets des conséquences négatives et injustes pour La Réunion que ces suppressions induiront :

• Réaffirment leur soutien à la communauté éducative et aux associations de parents d’élèves ;

• S’insurgent contre la politique de dégradation de la qualité du service public de l’Éducation nationale ;

• Demandent le gel de ces suppressions de postes et l’ouverture immédiate des classes manquantes ;

• Demandent au recteur de l’Académie de La Réunion les moyens pour l’Éducation Nationale de mener sa mission attendue de service public pour la réussite de tous les élèves et ce, afin de favoriser l’accès de tous les jeunes au plus haut niveau scolaire et à la qualification, première condition pour une insertion sociale et professionnelle réussie.


Kanalreunion.com