Luttes sociales

« Priorité à l’embauche des Réunionnais : Patrick Lebreton enfin missionné par le Gouvernement »

L’AJFER-Nou lé kapab renouvelle sa demande d’audience

Témoignages.re / 15 avril 2013

L’AJFER-Nou lé kapab réagit à la mission confiée par le gouvernement à un des 7 députés de La Réunion et rappelle la nécessité de mesures urgentes. Voici son communiqué diffusé sous la signature de son président Gilles Leperlier, avec des inter-titres de "Témoignages".

JPEG - 58.5 ko

L’AJFER-Nou lé kapab rappelle que « des solutions existent pour sortir les 163.950 Réunionnais - dont 24.950 jeunes de moins de 25 ans - du désespoir qu’est le chômage ».

Depuis les mobilisations du COSPAR en 2009, l’Alliance des Jeunes pour la Formation et l’Emploi à La Réunion – NOU LE KAPAB interpelle les responsables politiques sur l’urgence de la situation, et notamment celle des jeunes.

29,7% des Réunionnais sont au chômage, parmi lesquels 60% de jeunes âgés de moins de 25 ans. Formés et diplômés, ils ne bénéficient pas de l’emploi à La Réunion, bien qu’il existe des postes dans les secteurs public et privé.

Dans un contexte de crise économique et sociale qui s’aggrave, La Réunion subit une double peine : la hausse démographique ajoutée à la récession économique qui pèse sur l’avenir de notre pays et tout particulièrement sur notre jeunesse.

Cette situation demande des mesures d’urgence, mais avant tout une prise de conscience de l’ensemble des dirigeants des conséquences graves des différents dispositifs mis en place pour colmater les brèches.

Des solutions existent pour sortir les 163.950 Réunionnais - dont 24.950 jeunes de moins de 25 ans - du désespoir qu’est le chômage.

Contexte particulier

Nous apprenons que le Député Patrick Lebreton a été officiellement missionné, par le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, « sur les moyens de mieux faire profiter les ultramarins des emplois créés dans leur territoire, conformément à l’annonce faite par le Président de la République, lors de ses vœux aux outre-mer », le 3 janvier 2013 .

Dans le cadre de sa mission, Patrick Lebreton devra « identifier les pistes d’amélioration de l’accès des ultramarins à la fonction publique (…) et la prise en compte de la mobilité et du déroulement de carrière des fonctionnaires en poste dans les territoires ultramarins » .

Il est à rappeler que dans la Fonction Publique, le constat est de plus en plus alarmant, car beaucoup de postes échappe aux Réunionnais, malgré leurs compétences et connaissances à occuper ces postes.

Pour exemple, chaque année dans l’Education Nationale, des centaines de Réunionnais sont contraints de quitter leur île pour aller en France hexagonale, alors qu’ils pourraient occuper les postes disponibles à La Réunion. De même, dans la Police Nationale, de nombreux Réunionnais souhaitent revenir mais les circulaires en place ne sont pas respectées et le système de mutation les pénalise.

Sur la question de « l’emploi local », La Réunion connaît un contexte géographique, économique et social particulier mais aussi inégalitaire. L’arrêt des projets et la mise en place de mesures gouvernementales dans les domaines des énergies renouvelables ont freiné la création d’emplois et contraint des centaines d’entreprises à la fermeture.

Pour des solutions durables

La jeunesse réunionnaise est victime de mesures politiciennes alors qu’elle est capable de travailler et de participer à la construction de son pays.

Enfin, Patrick Lebreton devra « évaluer l’impact des dispositifs de la politique de l’emploi déjà mis en place par le gouvernement (emploi d’avenir, contrats de génération) en vue d’en renforcer l’efficacité ».

Nous rappelons que l’utilisation massive des emplois aidés ou emplois « précaires » répondent en partie à l’urgence sociale mais ne sont pas des solutions durables au problème du chômage de masse qui perdure depuis des années. La situation de l’emploi aujourd’hui traduit une précarisation du marché de l’emploi. D’autant plus qu’il devient de plus en plus difficile pour un Réunionnais de trouver un emploi stable et pérenne à La Réunion.

Nous rappelons que le chômage, la mobilité forcée et la fuite des cerveaux pénalisent l’avenir de La Réunion. Dans un tel contexte, nous réitérons notre demande d’audience auprès de M. Lebreton, envoyée le 18 janvier dernier, afin de lui faire part de nos inquiétudes et de nos propositions sur la « Priorité à l’embauche des Réunionnais ».

Légende


Kanalreunion.com