Luttes sociales

Propositions pour la relance de l’activité dans le BTP

Lettre de Pierre Vergès au président de la FRBTP

Témoignages.re / 27 avril 2012

La FRBTP a présenté il y a quelques semaines une contribution au sujet des conditions économiques, et en particulier des perspectives du BTP à La Réunion dans le cadre du débat ouvert à l’occasion des échéances électorales.
Pierre Vergès a adressé un courrier au Président de la FRBTP, Stéphane Brossard, afin de lui communiquer son point de vue sur la situation économique et sociale actuelle et sur les mesures et priorités à accorder au cours de la prochaine législature.

« Monsieur le Président,

C’est avec beaucoup d’attention que j’ai pris connaissance du document que présente votre organisation en vue des toutes prochaines échéances électorales.

Vous apportez ainsi la contribution et le regard de votre profession dans le cadre du grand débat ouvert à l’occasion de ces scrutins. Ces rendez-vous représentent une opportunité pour faire avancer des pistes d’actions concrètes pour sortir La Réunion de la crise sans précédent qu’elle connait depuis ces dernières années.

Ouvrir des perspectives crédibles de retour à la croissance et au développement

Comme vous le savez, j’ai décidé de m’engager dans cette campagne comme candidat à l’élection législative dans la 1ère circonscription de Saint-Denis. Au-delà des postures politiques, la gravité de la situation économique et sociale dans l’île et les perspectives qui en découlent, si les conditions actuelles se maintiennent au fil de l’eau, doivent nous inspirer avant tout la responsabilité. Celle de proposer aux Réunionnais et aux Réunionnaises un projet de développement cohérent et d’une ampleur telle qu’il ouvrira pour La Réunion une dynamique nouvelle et des perspectives crédibles de retour à la croissance et au développement.

A la lecture de votre contribution, j’ai pu être conforté dans les orientations que nous portons pour inscrire résolument et durablement La Réunion dans la modernité et le progrès.

Le combat que nous avons à livrer pour restaurer la confiance, pour retrouver les bases d’un développement durable et solidaire, nous le vaincrons que dans le cadre d’une mobilisation générale de toutes les forces réunionnaises. L’entreprise, le travailleur, le demandeur d’emploi, le jeune étudiant, les pouvoirs publics locaux et nationaux..., nous avons à nous unir pour défendre ensemble la priorité absolue qu’est l’emploi pour le plus grand nombre de nos compatriotes. Nous avons à notre portée la possibilité de faire bouger les lignes si nous œuvrons tous dans cette même dynamique, notre destin commun en dépend.

L’emploi, intimement lié à l’avenir du BTP

Les chiffres que vous indiquez dans votre note sont significatifs du poids que représente le secteur du BTP à La Réunion et des effets négatifs immédiats en termes d’emplois face au moindre aléa. En 3 ans, le BTP réunionnais a perdu 1/3 de ses effectifs, quand, dans le même temps, 1.200 employeurs ont disparu. Cependant, comme vous l’indiquez, avec 17.000 emplois directs, le BTP constitue l’un des principaux leviers d’activités et d’emplois à La Réunion, qu’il convient de consolider et de faire progresser.

L’emploi est au cœur de nos priorités

L’emploi, le pouvoir d’achat, le logement, les déplacements sont au premier rang des priorités dans les préoccupations des foyers réunionnais. Le BTP incarne le secteur d’activités qui prend en compte l’ensemble de ces dimensions.

Aux côtés de ces grandes priorités que nous entendons défendre auprès du prochain gouvernement, notre projet s’appuie aussi sur la nécessité de retrouver une ambition pour La Réunion en matière de développement durable, pour concrétiser l’objectif de parvenir dans les 20 prochaines années à l’autonomie énergétique. Cette ambition a malheureusement été mise à mal par la faible volonté politique du gouvernement actuel et de ses relais locaux.

La préservation du service public et les moyens accordés pour l’éducation de notre jeunesse seront aussi des combats que nous mènerons, tout comme le combat pour l’identité réunionnaise, des domaines essentiels pour projeter La Réunion dans l’avenir avec confiance.

Notre capacité à innover et à créer est intacte, mais mérite d’être encouragée

Je suis convaincu de la capacité réunionnaise à innover, à bâtir et à s’inscrire dans la voie du progrès. Les expériences passées, comme par exemple la réalisation de la route des Tamarins, nous ont démontré que même l’impossible devient possible si la volonté politique existe.

La réalisation du projet de tram-train se pose dans les mêmes termes. Au moment où le réseau routier est au bord de l’asphyxie, que le prix des carburants poursuit une tendance sans limites à la hausse, La Réunion doit sérieusement privilégier un autre mode de transport, écologique, propre et moderne. Des échéances électorales en 2010 ont fait que nous sommes passés une première fois à côté de la plus grande réalisation que La Réunion aura à mener.

Le tram-train, l’un des grands projets que nous entendons défendre

Notre détermination est intacte. Nous avons porté le débat de la réalisation du transport ferré pour La Réunion auprès des candidats à l’élection présidentielle. Nous avons obtenu satisfaction auprès de certains d’entre eux. A l’Assemblée nationale comme au Sénat, nous serons des partenaires vigilants et sans concession pour obtenir la réalisation de cette infrastructure.

La nécessité d’un cadre stable pour restaurer la confiance et les bases du développement durable

J’appréhende l’action politique comme un élément essentiel de stabilité par la vision stratégique de long terme qu’il doit instaurer. Une fois le cap donné, il nous revient de faire entendre au plan national que l’Outre-mer n’est pas seulement une niche fiscale, mais bien une terre de développement qui nécessite des moyens adaptés au rattrapage des retards et pour atténuer les obstacles liés à nos handicaps structurels.

Il nous revient de faire prospérer l’idée que La Réunion est une terre d’atouts, et non une terre de handicaps.

C’est pourquoi nous plaiderons pour la mise en place d’un cadre législatif adapté, qui s’inscrit sur le long terme, a minima sur la durée de la législature, pour assurer aux acteurs économiques une stabilité des conditions d’investissements restaurées.

Nous défendrons le principe d’une enveloppe dédiée à la réalisation des grands projets soutenus par l’État dès le début de la législature.

Nous accompagnerons les mesures qui viseront à faire du logement le fer de lance de la relance du BTP au côté des grands projets défendus pour La Réunion. A ce titre, nous partageons votre point de vue sur le renforcement des moyens affectés à l’Outre-mer dans le cadre de la LBU et de l’assouplissement des procédures pour activer la défiscalisation.

A la clé, des emplois pérennes

Nous sommes convaincus de la contribution de votre secteur à la création d’activités et donc d’emplois pour répondre à notre objectif de lutte contre le chômage. La formation est un aspect décisif pour permettre au secteur de se doter de compétences. L’exemple de la route des Tamarins peut ici à nouveau être cité, puisque nous avions à l’époque mené avec les organisations professionnelles le plus vaste programme de formation qui a permis de mobiliser à La Réunion l’essentiel des ressources humaines pour conduire ce chantier.

La question de l’emploi se présente dans notre île avec une telle acuité que des modalités devront être discutées entre les professionnels, les représentants des salariés, l’État et les collectivités, pour faciliter la mise en œuvre avec efficacité des clauses d’insertion et de mieux disant social dans la commande publique, qu’il faudra dynamiser et fixer de façon pluriannuelle.

Sur ce point, je défendrai l’idée de transformer l’Observatoire de la commande publique créé localement en un outil non pas de seul constat, mais d’accompagnement efficace pour la mise en œuvre des politiques publiques accompagnant le secteur privé du BTP dans la réalisation des commandes publiques.

La survie d’un grand nombre d’entreprises, et en particulier les plus petites d’entre elles, dépend de l’accès à la commande publique. C’est pourquoi l’allotissement est une mesure à préserver pour adapter les marchés publics à la taille de nos entreprises.

(…)

 Pierre Vergès 


Kanalreunion.com