Luttes sociales

Quel droit à la retraite pour les travailleurs du privé ?

Mobilisation contre le projet de réforme

Manuel Marchal / 15 octobre 2013

En France, un projet de loi propose l’allongement de la durée de cotisation. À La Réunion, les règles actuelles empêchent déjà l’écrasante majorité des travailleurs du privé d’avoir droit à une retraite décente. La réforme qui sera mise en débat ne fera qu’aggraver une situation déjà intolérable.

JPEG - 89.8 ko
La réforme projetée ne fera qu’aggraver la situation, la plupart des salariés du privé auront une retraite bien insuffisante pour vivre dignement avec les règles actuelles.

En France, la quasi-totalité des syndicats appelle à la mobilisation contre le projet de réforme des retraites proposé par le gouvernement. Les députés devront se prononcer et dire s’ils acceptent ou pas ce texte.

À La Réunion, les syndicats ont décidé pour la plupart de manifester devant le siège du MEDEF à Sainte-Marie.

Selon que l’on se trouve en France ou à La Réunion, le projet du gouvernement n’a pas les mêmes effets. Selon les auteurs des réformes qui se succèdent depuis Juppé, c’est l’allongement de l’espérance de vie qui justifie l’allongement de la durée de cotisation. Pour la France, cela signifie mécaniquement un départ plus tardif à la retraite. C’est contre cela que les syndicats manifestent là-bas.

Contrairement à la France, la réforme ne concernera que marginalement les titulaires de la fonction publique à La Réunion. Tout simplement parce qu’au bout de 30 ans de services, ils ont 40 années de cotisation. Comme trois années de travail valent quatre années de cotisation, un agent qui est titulaire à 25 ans pourra toujours prendre largement sa retraite à 60 ans, car 35 années de service équivaudront à 47 années de cotisation.

Pour le privé, les conséquences seront également différentes. Avec le système actuel, il est quasiment impossible pour un travailleur de ce secteur de réunir suffisamment d’années de cotisation pour avoir droit à une retraite d’un niveau suffisant pour vivre. Cela s’explique par l’importance du chômage à La Réunion. Rares sont les Réunionnais qui peuvent aligner une carrière continue, et nombreux sont les travailleurs qui ont de longues périodes de chômage entrecoupées de contrats précaires.

Par conséquent, la réforme projetée ne fera qu’aggraver une situation intolérable. La plupart des salariés du privé auront une retraite bien insuffisante pour vivre dignement avec les règles actuelles, donc même le maintien du statu quo ne permettra pas de régler ce problème.

C’est bien le cadre actuel qui est le problème de fond.

M.M.


Kanalreunion.com