Luttes sociales

Quelle solution pour 28.000 jeunes sans diplôme ?

Des chiffres de l’INSEE rappellent une réalité de notre société

Sanjiv Dinama / 23 juin 2012

L’INSEE vient de publier des chiffres concernant la situation des jeunes face quant au système scolaire. Il ressort de cette étude qu’un jeune Réunionnais sur deux sort précocement du système scolaire. Sans aucun diplôme, ils n’ont que peu de perspectives de trouver un emploi. Un jeune sur cinq est sans diplôme, sans emploi et directement menacé de pauvreté et d’exclusion. Face à une telle situation, tout doit être entrepris pour réduire la situation d’échec scolaire qui est très importante dans notre pays. L’attribution à l’académie de La Réunion de 15 postes sur 1.000 (soit 1,5% du total) est une goutte d’eau dans un océan de besoins, alors que les indicateurs sont dramatiques dans notre pays comme le souligne l’INSEE.

À La Réunion en 2010, près d’un jeune de 16 à 24 ans non scolarisé sur deux (49%) ne possède aucun diplôme du secondaire. Sortis précocement du système scolaire, beaucoup ne détiennent ni BEP, ni CAP, ni a fortiori de diplôme d’un niveau supérieur. Ils sont 28.000 à ne pas avoir acquis pendant leur formation initiale les outils nécessaires pour une bonne insertion sociale.

15% des Réunionnais de 17 à 19 ans touchés par l’illettrisme

Avec deux fois plus de sorties précoces que la moyenne française, La Réunion est aux côtés des autres DOM en queue du classement des régions françaises.
De même, l’illettrisme touche 15% des Réunionnais de 17 à 19 ans, soit trois fois plus qu’en France.
Ces 28.000 jeunes sortis précocement du système scolaire éprouvent beaucoup plus de difficultés à s’insérer sur le marché du travail. Seuls deux sur dix se retrouvent effectivement en emploi.
En 2010, 69% des jeunes non scolarisés sont sans emploi. Parmi eux 23.000, soit au final un jeune sur cinq, n’ont aucun diplôme.

Nos besoins n’ont pas été pris en compte

Face à une telle situation, tout doit être entrepris pour réduire la situation d’échec scolaire qui est très importante dans notre pays. Il faut préparer notre jeunesse à être pleinement une actrice responsable du développement durable et solidaire de son pays. Pour cela, il faut tout d’abord un plan pluriannuel de rattrape des postes et un accompagnement des élèves en difficultés notamment au niveau des écoles élémentaires et primaires.
L’attribution à l’académie de La Réunion de 15 postes sur 1.000 dans toute la France (soit 1,5% du total) est une goutte d’eau dans un océan de besoins, alors que les indicateurs sont dramatiques de notre pays souligné par l’INSEE.
D’autres académies sont bien mieux dotées, alors qu’elles n’ont pourtant pas les mêmes maux que nous. À noter que les 5 DOM ont obtenu 50 postes, 5% de la dotation, soit moins qu’une académie comme Bordeaux, alors qu’il est difficile de penser qu’une académie moyenne en France a autant de besoins que l’ensemble des DOM.
Force est de constater que nos besoins spécifiques n’ont pas été pris en compte. Le changement commence mal.

Sanjiv Dinama

Un objectif à 10% fixé par l’Union européenne : La Réunion reste très loin

L’Union européenne fixait comme objectif pour 2010 de réduire la part des jeunes de 18 à 24 ans sortis du système scolaire sans diplômes à moins de 10%. La France hexagonale s’approche de cet objectif avec (11,8%). En revanche, La Réunion en est très loin, avec 29,7% de sorties précoces sans diplôme pour 2010.

S.D.


Kanalreunion.com