Luttes sociales

« Rapport Lebreton, ça sent déjà pas bon ! »

Emploi des jeunes

Témoignages.re / 3 août 2013

Au cours de cette conférence de presse, l’AJFER – Nou Lé Kapab a évoqué le prochain rapport du député socialiste Patrick Lebreton sur l’emploi des ultramarins dans leurs territoires. Après des déclarations encourageantes, le rapport semble finalisé sans concertation avec les organisations qui milite pour l’emploi, a déploré Gilles Leperlier.


À un mois de la publication du rapport de Patrick Lebreton, « nous constatons que le député est resté sourd aux demandes de rencontres des organisations » . En effet, « ce dernier n’a jamais souhaité nous rencontrer, préférant nous insulter sur une chaîne publique » , a indiqué Gilles Leperlier.

Ni concertation, ni dialogue social

Créée en 2009, l’AJFER – Nou Lé kapab milite pour l’emploi des jeunes réunionnais, a rappelé Gilles Leperlier indiquant les récents évènements comme la « mobilisation le 20 mai 2013, qui a réuni près de 300 personnes » , le dépôt d’un manifeste pour la priorité à l’embauche des Réunionnais et les nombreux courriers envoyés au député Patrick Leberton «  pour échanger sur notre proposition, ainsi qu’au président de la République, au Premier ministre et au ministre de l’Outremer  ».

Lors d’un déplacement à Paris, Gilles Leperlier a rencontré les représentants de GPX (Fonctionnaires Ultramarins), avec lesquels « notre organisation travaille depuis deux ans, afin de connaître l’évolution de la situation » . Ce dernier a révélé que plus de 900 policiers Réunionnais attendaient de revenir à La Réunion : « Il y a des drames, dernièrement le décès d’un jeune policier, des démissions, la situation est grave » , a précisé le jeune homme. En dépit des demandes de rencontres faites par ce collectif, le député n’a pas répondu, « il en est de même pour plusieurs organisations, qui ont demandé un entretien avec le parlementaire en mission » .

JPEG - 63.6 ko
L’AJFER-Nou lé kapab, au cœur des luttes des Réunionnais pour l’emploi.

Les membres de l’AJFER – Nou Lé Kapab ont rappelé les propos tenus par Patrick Lebreton, le 5 mai dernier, « il ne s’agit pas (…) d’un rapport de haut fonctionnaire qu’on range derrière les tiroirs » , ajoutant qu’il ne veut pas faire « de fausses promesses » , mais « donner un meilleur accès aux Réunionnais à l’emploi existant dans le public comme dans le privé » . Pour eux le constat est clair : «  le député Lebreton n’a pas privilégié la concertation et le dialogue social, excepté peut-être avec la ministre de la Fonction publique, Maryse Lebranchu  », qu’il a rencontrée à deux reprises. « Malgré ces promesses de travailler avec l’ensemble des acteurs, on se rend compte que le rapport ne va pas répondre aux attentes de la population » , a déploré Gilles Leperlier.

Rappelant la rencontre de l’AJFER – Nou Lé Kapab avec Mme Lebret, conseillère de la ministre de la Fonction publique en visite à La Réunion, cette dernière « a bien rappelé qu’il ne s’agit pas d’une question d’argent, mais de volonté politique de changer le système. On espère que les engagements de François Hollande, lors de sa campagne présidentielle à La Réunion, seront tenus à l’exposé du rapport Lebreton ».

Peu d’illusion

La prochaine campagne de tractage de l’AJFER – Nou Lé Kapab se fera sous le slogan : “Rapport Lebreton, ça sent déjà pas bon !”. Les raisons de cette campagne viennent des récentes déclarations des ministres de passage à La Réunion Victorin Lurel et Maryse Lebranchu, qui «  nous laisse penser que les choses ne changent pa s », a expliqué Gilles Leperlier.

En effet, le ministre de l’outremer a indiqué que le système des mutations dans la Police notamment, fonctionnait bien et qu’il fallait que les Réunionnais aillent « frotter son esprit ailleurs ». Suite à sa rencontre avec les syndicats, Maryse Lebranchu, a déclaré qu’ « un certain nombre de syndicats se sont insurgés contre tout assouplissement des règles pour les mutations de la police » . D’autres éléments viennent s’ajouter aux raisons de cette campagne : « à quelque jours de la rentrée scolaire, il n’y a toujours pas de transparence sur les recrutements, ni le nombre de personnes arrivant de l’extérieur. Il existe des postes disponibles à La Réunion, mais les jeunes formés à La Réunion en sont privés » .

« La situation est alarmante, les promesses faites doivent être des actes maintenant » , a indiqué le compte rendu de l’AJFER – Nou Lé kapab sur son site. De plus, « selon nos dernières informations (le rapport Lebreton-NDLR) est finalisé et en préparation de mise en forme. Est-ce que celui-ci répondra aux attentes ? On l’espère, mais on en doute » . Pour conclure cette conférence de presse, Gilles Leperlier a lancé un « énième appel » à Patrick Lebreton « pour qu’il agisse, rencontre les organisations et établisse un rapport qui réponde aux attentes de la population et à l’urgence d’agir, pour que ce rapport ne reste pas dans un tiroir » .

D’ici là, l’organisation mènera une campagne d’information et de sensibilisation autour de ce rapport, parce que « la priorité doit être donnée aux Réunionnais dans les secteurs public et privé ». « Comme annoncé lors de nomination de Patrick Lebreton, en avril, nous réaffirmons que nous ne nous contenterons pas d’un énième rapport, car à situation exceptionnelle, nous appelons à des mesures exceptionnelles » , a conclu Gilles Leperlier.

Céline Tabou

Service Unique de l’Emploi en France

Le 1er janvier 2014, l’Union européenne mettra en place un réseau européen des services publics de l’emploi. « Il est indispensable de créer un Service Unique de l’Emploi en France, d’autant plus que 55% des offres d’emploi ne passent pas par le Pôle Emploi à La Réunion » , a expliqué Gilles Leperlier. De plus, « il faut aider les jeunes à créer leurs entreprises, à travers des pépinières d’entreprises, dépendantes des fonds structurels, de la Banque européenne d’Investissement (BEI) » , a-t-il indiqué.

« Nous pensons qu’il faut une stratégie plus ambitieuse pour la France et les Départements d’outre-mer afin de lutter contre le chômage des jeunes. Il faut pour cela changer les choses pour mettre en place un système efficace » , a réaffirmé Gilles Leperlier. Pour son organisation, il s’agit de créer un Service Unique de la formation, de l’orientation, de l’insertion professionnelle et de la mobilité pour pérenniser les dispositifs, un Service Unique pour l’Emploi, l’aide à la création d’entreprise mais surtout une expérimentation sur les 12 régions éligibles, et non les 10 prévues par le gouvernent. «  Car quels seront les deux départements mise de côté, c’est inadmissible, dans le contexte que l’on connaît actuellement » , a posé le jeune homme.
Le tract de l’AJFER-Nou lé kapab

Mission Lebreton sur l’emploi des ultramarins dans leur territoire, rendu officiel prévu le 2 septembre 2013.

Rapport Lebreton, ça sent déjà pas très bon !

À KOZ ?

- Dans le cadre de sa mission Patrick Lebreton n’a rencontré AUCUNE organisation.

- Patrick Lebreton a insulté et méprisé en public des organisations lui demandant une rencontre.

- Les déclarations du ministre de l’Outre-mer : « Il faut que les fonctionnaires aillent frotter leur esprit ailleurs » ou encore «  Le système actuel (de mutations), quoi qu’on en dise, fonctionne !  ».

- Les déclarations de la ministre de la Fonction publique : « Je l’ai déjà dit, les syndicats se sont insurgés contre tout assouplissement des règles pour les mutations de la police ».

- À la veille de la rentrée scolaire, toujours AUCUNE TRANSPARENCE sur les recrutements dans l’Education nationale à La Réunion.

Oussa i lé le “changement” ? Oussa i lé le “dialogue social” ?

D’après nos informations, le rapport Lebreton sur l’emploi des ultramarins dans leur territoire est déjà bouclé et serait en cours de mise en page.

SAK NOU PROPOZ

Dans le secteur public :

- TRANSPARENCE TOTALE sur tous les recrutements dans la fonction publique.

- ADAPTATION du nombre de postes ouverts aux concours en fonction des besoins réels de l’île dans tous les domaines.

- MODIFICATION du système de mutation pour faciliter le retour des Domiens dans leur département d’origine.

Dans le secteur privé :

- TRANSPARENCE TOTALE des recrutements afin de garantir l’égalité des chances.

- OBLIGATION pour tous les employeurs de déposer leur offre d’emplois au Pôle Emploi.

- CRÉATION d’un répertoire compétences réunionnaises à travers le monde.

- ANTICIPATION des besoins en emplois sur plusieurs années et ADAPTATION des formations.
L’urgence de la situation

- 60% des jeunes Réunionnais au chômage ;

- Chaque année sur 1.000 embauches dans l’Education Nationale, seulement 100 Réunionnais sont recrutés ;

- Dans la Fonction Publique d’Etat, 48% ne sont pas des Réunionnais ;

- Dans le privé, 55% des offres d’emplois ne passent pas par Pôle Emploi ;

- 900 Réunionnais attendent de rentrer au péi dans la Police.


Kanalreunion.com