Luttes sociales

Rassemblement des syndicats des fonctionnaires devant la préfecture

Mobilisation du 15 mai à La Réunion

Manuel Marchal / 16 mai 2014

Hier à La Réunion, les syndicats de fonctionnaire se sont rassemblés devant la préfecture pour manifester contre la précarité et pour la revalorisation des salaires. Une partie d’entre eux protestaient aussi contre le pacte de responsabilité.

En écho au mouvement organisé en France le jeudi 15 mai, un rassemblement s’est tenu devant la préfecture dans la matinée. Des fonctionnaires ont répondu à l’appel de l’Intersyndicale CGTR, FSU et FO contre le gel du point d’indice des fonctionnaires et contre le pacte de responsabilité.

Les divisions existantes dans les syndicats en France se sont reproduites parmi les syndicalistes réunionnais présents hier. En effet, CFDT et UNSA limitaient leur revendication à la contestation du gel du point d’indice. Les deux fédérations sont du même avis que les centrales portant le même nom à Paris, elles ne s’opposent pas au pacte de responsabilité.

Cette division a entrainé le dépôt de deux motions différentes à la préfecture.

Néanmoins, tous s’accordent sur la nécessaire revalorisation des salaires les plus faibles de la fonction publique, et sur la résorption de la précarité par la création du nombre de postes de titulaire nécessaires à la bonne marche des services.

Rappelons que le plan d’économies du gouvernement prévoit le maintien du gel du point d’indice. Cela signifie que pour les fonctionnaires titulaires à La Réunion, les seules augmentations possibles sont l’avancement à l’ancienneté ou au mérite. En France, une autre possibilité existe pour qu’un fonctionnaire puisse augmenter ses revenus : c’est la mutation dans un département ou une collectivité d’outre-mer.

La manifestation a montré que le sentiment d’inquiétude grandit. Comme dans les autres pays européens victimes de plan d’austérité, les mesures se concentrent d’abord sur les pauvres, les retraités et les fonctionnaires. À La Réunion, le traitement des fonctionnaires découle de l’extension du supplément colonial, versé à l’origine à quelques dizaines d’expatriés et de hauts fonctionnaires, à la totalité des agents titulaires. Plusieurs rapports ont déjà ciblé cette spécificité qui est loin de susciter l’unanimité en France, surtout en temps de crise.

 M.M. 


Kanalreunion.com