Luttes sociales

Réactions des professionnels du BTP

Réunion du Haut Conseil de la commande publique

Témoignages.re / 16 septembre 2010

À la demande de l’intersyndicale du BTP, hier après-midi a eu lieu la réunion du Haut Conseil de la commande publique à la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion.

• Gismy Viraye, vice-président du Collectif pour la défense des entreprises de travaux publics et du transport

« Il est peut-être un peu tard »

La réaction de Gismy Viraye est plutôt mitigée à la fin de cette réunion du Haut Conseil de la commande publique. « Il est peut-être un peu tard » pour le BTP, déclare-t-il, puisque seulement 40% de la commande publique a été engagée cette année. Il attend de voir le déblocage des 10% de la commande publique d’ici la fin de l’année et la prochaine réunion en octobre.

• Bernard Tillon, secrétaire général de la FRBTP

« Il faut plus d’ambition »

Pour Bernard Tillon, cette réunion a eu le mérite de réunir tous les acteurs du BTP et a donné lieu à des « échanges approfondis » sur la politique de la commande publique, l’identification de projets (980 millions d’euros), dont 40% sont engagés. Mais la proposition d’augmenter de 10% la commande publique en octobre ne satisfait pas la FRBTP. « Il nous faudrait 40% en plus », affirme Bernard Tillon. « Il faut plus d’ambition, accélérer la commande publique ».

• Jacky Balmine, CGTR-BTP

« Je suis toujours comme Saint-Thomas »

Le secrétaire général de la CGTR-BTP attend toujours de voir pour y croire. « Je suis toujours comme Saint-Thomas. Si les 10% se tiennent avant la fin octobre, c’est positif », déclare-t-il. Mais Jacky Balmine est surtout venu demander la création d’une commission d’aide pour les 10.000 salariés licenciés. « Margie Sudre a d’abord dit que ce n’était pas le lieu pour en discuter, alors que c’est le BTP qui a demandé cette réunion », affirme-t-il. Il a ensuite été proposé que le sous-préfet à la Cohésion sociale et la Direction du travail s’y attèlent. Jacky Balmine précise cependant qu’il n’attendra pas fin octobre, il veut des réponses dans les jours qui viennent.

• Pierre Savigny, CFDT-BTP

« J’ai toujours peur que les grandes messes n’aboutissent pas »

« Je suis toujours un peu déçu, j’ai toujours peur que les grandes messes n’aboutissent pas », déclare Pierre Savigny. Le leader syndical de la CFDT-BTP n’a pas manqué d’évoquer la disparition des grands chantiers. « Ça dérange toujours quand on dit la vérité, on m’a presque coupé la parole, affirme-t-il. En attendant, 10.000 salariés sont sur le tapis et ça continue. Et on prévoit une deuxième réunion alors que l’année est terminée. 10% de commande publique en plus, ce n’est rien, il faut aller plus loin ».

• Franck Legros, président de la CAPEB

« Je n’y crois pas, le mois d’octobre, c’est trop tard »

Franck Legros ne cache pas sa déception. « On souhaitait du travail pour demain, ça va être difficile, il reste quelques mois avant les congés du BTP. Je n’y crois pas, le mois d’octobre, c’est trop tard. Il fallait réagir depuis le mois de juillet. Il faudrait 50% de commande publique supérieure tout de suite, et pas demain ».

Propos recueillis par EP


Kanalreunion.com