Luttes sociales

Redressons la situation avec l’Alliance

Aggravation de la situation de l’emploi et de la pauvreté

Sanjiv Dinama / 18 mars 2010

Le dernier bulletin trimestriel de conjoncture financière et bancaire de l’IEDOM mentionne la situation de vulnérabilité de notre économie. Que ce soit en matière de surendettement, de chômage ou encore d’autres indicateurs économiques, les chiffres témoignent de la dégradation liée à la crise économique. Rappelons que la question de l’emploi est, en premier lieu, de la responsabilité de l’Etat. Or, la politique de l’actuel gouvernement UMP est accès sur la casse sociale. À La Réunion, des propositions ont été faites pour relancer l’emploi à partir de projets réunionnais.

Que ce soit en matière de surendettement (hausse de +50% du nombre de dossiers de surendettement déposés an 2009 par rapport à 2008) ou en matière de chômage (hausse du nombre de chômeurs de +24% en glissement annuel) ainsi que des entreprises (progression des impayés sur effets des entreprises de 12,1% en cumul), les chiffres continuent de témoigner de la dégradation des indicateurs économiques liée à la crise économique.
Il apparaît clairement que la pénurie d’emplois ne pourra disparaître qu’avec des changements profonds et adaptés à la situation de notre île.

Cette période de crise appelle donc à la plus grande vigilance. La lecture des offres d’emplois enregistrées par la Direction du Travail fait également apparaître l’ampleur de la crise structurelle de notre pays. Une crise d’abord liée à la pénurie d’emplois. Près de 130.000 demandeurs d’emploi à La Réunion, tel est le nombre officiel relevé par les services de Pôle Emploi. Cette donnée révèle encore une fois la gravité de la crise.

À La Réunion, des propositions ont été faites pour relancer l’emploi à partir de projets réunionnais. C’est ainsi que les forces vives se mobilisent pour accélérer la réalisation des chantiers, notamment le tram-train, la MCUR, la route du Littoral….
Dans les secteurs de l’aide à la personne et de l’environnement, des milliers d’emplois sont possibles également.
Il apparaît clairement que la pénurie d’emplois ne pourra disparaître qu’avec des changements profonds et adaptés à la situation de notre île.
La hausse du chômage vient en tout cas rappeler l’urgence d’agir en ce sens. Mais la question de l’emploi est, en premier lieu, de la responsabilité de l’Etat. Or, la politique de l’actuel gouvernement UMP est accès sur la casse sociale.

Didier Robert vote toutes les lois anti-sociales de l’UMP

Didier Robert est membre du Bureau national de l’UMP et il vote toutes les lois anti-sociales de l’UMP. De plus, il est opposé aux grands projets structurants créateurs d’emplois.

Quant au PS, au lieu de s’unir avec l’Alliance afin de faire barrage à l’UMP et à sa politique de casse sociale, il a préféré se maintenir au second tour. Aujourd’hui, alors qu’un mouvement national d’ampleur se lève contre l’UMP et sa politique anti-sociale, l’opposition systématique du Parti socialiste à une union élargie contraint à une triangulaire. Le Parti socialiste fait courir à La Réunion et aux Réunionnais un risque immense, alors que, plus que jamais, il faut battre l’UMP…

Arrivée largement en tête, la liste de l’Alliance est la mieux placée pour l’emporter. La crise actuelle appelle à la mobilisation la plus large ce dimanche.
Pour régler le problème du pouvoir d’achat des ménages, il faut avant tout leur fournir des emplois avec un salaire décent qui leur permettrait de subvenir à leur besoin par leur travail.
Aucun développement durable n’est possible si les bases de la cohésion sociale sont affaiblies, ou sapées. Or, la population réunionnaise paie aujourd’hui un lourd tribut au mal développement.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com