Luttes sociales

Réduction du pouvoir d’achat à cause d’une décision du pouvoir central

La hausse des prix des carburants entretient l’inflation

Sanjiv Dinama / 17 mars 2010

L’INSEE vient de publier l’évolution de l’indice des prix à la consommation à La Réunion. On constate que les prix des produits alimentaires ont progressé au cours des 3 derniers mois de 0,9% et plus particulièrement celui du secteur de l’alimentation hors produits frais (1,9% sur les 3 derniers mois). Les produits pétroliers (+2,2%) et l’alimentation hors produits frais sont les secteurs qui ont connu les plus fortes hausses sur les 3 derniers mois. La population réunionnaise paie un lourd tribut de la politique du gouvernement UMP.

Rappelons que les prix des carburants avaient progressé au mois de janvier 2010 (le prix au litre du Sans plomb est passé de 1,26 à 1,29 euro).
Quand Nicolas Sarkozy est élu président de la République, il se présente comme le président du pouvoir d’achat. La reprise de l’inflation à La Réunion amène à analyser la manière dont la volonté politique du gouvernement UMP a été mise en œuvre à La Réunion. Car dans notre île comme dans les autres Départements d’Outre-mer, les représentants du pouvoir central disposent d’un levier important et spécifique pour agir sur les prix : l’administration des prix des carburants. Or, les prix des carburants n’ont cessé d’augmenter !

Les difficultés rencontrées par la majorité de la population génèrent l’apparition de plus en plus inquiétante de phénomènes de pauvreté, touchant notamment les ménages vivant de minima sociaux et, parmi eux, en particulier, les personnes âgées. Rappelons qu’à La Réunion, 52% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Et pour un consommateur sur dix, le revenu est même inférieur à 400 euros !

Effets négatifs de la politique du Gouvernement UMP0

Les effets de la politique du Gouvernement UMP (réduction des emplois aidés, stagnation des revenus sociaux et du SMIC, transferts de charges sur les collectivités…) s’ajoutent à ces difficultés. Dans ce contexte — où il est difficile d’entrevoir une amélioration du niveau des revenus —, il est nécessaire d’agir sur les prix pour réduire la cherté de la vie.
En mars 2009, des dizaines de milliers de Réunionnais descendent dans la rue avec le COSPAR. On a obtenu aussitôt une baisse des prix des carburants, à laquelle s’ajoutent un gel des loyers des logements sociaux et une baisse du prix de 254 produits de première consommation.

L’Alliance demande aujourd’hui que l’Observatoire des Prix et des Revenus soit doté de véritables moyens d’investigation et de proposition afin de faire la transparence sur la formation des prix. Prenant acte de l’aggravation de la situation depuis plusieurs mois, le Conseil interministériel sur l’Outre-mer décide toute une série de mesures afin de donner de nouveaux leviers pour faire baisser les prix. À ce jour, aucune annonce officielle n’a été faite sur l’application de ces décisions.
Le mot d’ordre lancé par le président de la République en début de mandat n’a pas été appliqué à La Réunion, alors que l’État a entre les mains des leviers stratégiques pour agir. Les dérives constatées continuent de persister, comme le montre aussi le palmarès des tarifs bancaires.

Des propositions face à l’urgence

Aussi, dans le cadre d’une stratégie globale de développement visant à une meilleure insertion de notre économie dans son environnement géo-économique, la diversification des sources d’approvisionnement de La Réunion est un facteur décisif pour diminuer les coûts de production et des frais d’approche, et leurs conséquences sur les prix à la consommation. Actuellement, plus de 70% de nos approvisionnements viennent d’Europe. Nous devons nous approvisionner là où les coûts de production sont les plus faibles.
En matière de fiscalité, l’Alliance demande que soit maintenue la décision de la Région d’un taux zéro d’octroi de mer sur les produits de première nécessité et demande à l’Etat d’en faire de même pour la TVA.

Les économies d’énergie (chauffe-eau solaires, production photovoltaïque) constituent aussi une contribution à la diminution du coût de la vie.
La population réunionnaise paie un lourd tribut au mal développement. De trop nombreuses disparités demeurent à La Réunion : très fort taux de chômage, plus de la moitié de la population en dessous du seuil de pauvreté.
L’Alliance est convaincue qu’aucun développement durable n’est possible si les bases de la cohésion sociale sont affaiblies, ou sapées.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com