Luttes sociales

Rentrée 2010 : Luc Chatel met l’Éducation nationale en danger

Les preuves par l’UFAL

Témoignages.re / 18 septembre 2010

Un rapport de l’inspection générale de l’Education nationale de juillet 2010pointe les conséquences désastreuses de la politique scolaire de Luc Chatel. Ce rapport émane de hauts fonctionnaires de l’Éducation nationale et aurait dû rester confidentiel. Contrastant avec les propos lénifiants du ministre de l’Éducation nationale, il tire la sonnette d’alarme. Ce cri d’alarme est assez rare et argumenté pour que ses conclusions invitent tous ceux qui refusent que l’éducation soit sacrifiée de la sorte à agir.
Le rapport montre très clairement que les choix budgétaires du MEN induisent des incohérences et mènent à une dégradation du service public d’éducation.
« Les restrictions budgétaires préparent assez peu l’avenir ».

Le rapport met fortement l’accent sur le manque de moyens d’enseignement. Alors que les recteurs doivent accueillir 25.000 élèves supplémentaires dans le premier et le second degré, aucune création de postes n’est prévue. Il manquerait ainsi 1.300 postes dans le primaire et 2.700 postes dans le secondaire. Pire, le budget triennal voté par le parlement prévoit 16.000 suppressions de postes/an dans les trois prochaines années (...).

« Le cri d’alarme est général dans toutes les académies ». En effet, « les budgets de fonctionnements sont en grande difficulté (–15 à –18%), impactant par là même les dépenses de fonctionnement et affectant insidieusement la qualité du service éducatif ». Ainsi, « les autorités académiques s’apprêtent à annuler de nombreux stages de formation continue faute de ne pouvoir payer les formateurs et les déplacements, notamment en direction des nouveaux enseignants–stagiaires ».
Enfin, « les crédits pédagogiques aux écoles et aux EPLE seront vraisemblablement fortement diminués » (...).

L’UFAL rappelle que l’école publique n’est pas un service public comme les autres : elle constitue la pièce maîtresse de la République. En conséquence, l’UFAL :

- dénonce avec vigueur la politique du ministère de l’Éducation nationale,

- appelle le ministre de l’Éducation nationale à revenir à la raison et les parlementaires républicains à s’opposer à ce déni de l’intérêt général,

- encourage les familles à refuser que la politique irresponsable du gouvernement ne mette en péril l’avenir de leurs enfants.

Union des familles laïques 


Kanalreunion.com