Luttes sociales

« Report du Rapport Lebreton : l’occasion de la concertation »

Lutte pour l’emploi des jeunes

Témoignages.re / 20 août 2013

Dans un communiqué diffusé hier à la presse, l’AJFER souhaite que le report du Rapport Lebreton puisse permettre d’ouvrir enfin l’indispensable concertation avec les personnes concernées : les jeunes.



JPEG - 59 ko
Voici une dizaine de jours, des militants de l’AJFER-Nou-lé-kapab ont distribué des tracts à Saint-Joseph, la ville dont le Député Lebreton est le maire. Quelques jours plus tard, la nouvelle est tombée : la publication du rapport est reportée. Voilà qui pourra favoriser la concertation, autrement dit : la lutte paie.

Cela fait maintenant 17 jours que l’AJFER-Nou lé kapab a lancé sa campagne intitulée « Rapport Lebreton ça sent déjà pas bon ». Une campagne destinée à informer et sensibiliser la population sur le rapport du Député-maire Patrick Lebreton sur l’emploi des Ultramarins dans leurs territoires.

Nous apprenons aujourd’hui par voie de presse que le Rapport Lebreton est reporté et sera finalement remis à la mi-octobre, en raison « d’un travail énorme » et du peu « de remontées chiffrées dans les ministères ».

Il en va maintenant de la responsabilité de M. Lebreton de profiter de ce délai supplémentaire pour recevoir l’ensemble des organisations qui lui ont fait la demande afin de recueillir le maximum de propositions.

Plus que jamais, nous espérons que ce rapport répondra aux attentes des différents acteurs et de la population, car nous avons à La Réunion une situation exceptionnelle, incomparable à aucun autre département de France et d’Europe, il est donc temps de mettre en place des mesures spécifiques et exceptionnelles. L’heure n’est plus aux mesurettes ou aux effets d’annonce.

Une fois de plus, l’AJFER-Nou lé kapab rappelle ses propositions :

Dans le secteur public :

- La totale transparence des recrutements de la fonction publique

- Adapter le nombre de postes ouverts aux concours en fonction des besoins réels de l’île dans tous les domaines. Chaque année, sur 1.000 embauches dans l’Éducation nationale, seulement 100 Réunionnais sont recrutés. Cette situation n’a que trop duré. Avec l’augmentation de la population d’ici à 2020, aucun poste dans la fonction publique ne doit être mis au mouvement national.

- Changer le système de mutation des fonctionnaires ultramarins pour faciliter leur retour dans leur pays.

Dans le secteur privé :

- La totale transparence des recrutements afin de garantir l’égalité des chances.

- Obligation pour tous les employeurs de déposer leur offre d’emplois au Pôle Emploi. Aujourd’hui, 55% des offres d’emplois de La Réunion ne passent pas par le Pôle Emploi. Le reste des offres passe par les boîtes d’intérim ou le « bouche à oreille », alors que le Pôle Emploi n’a aucune difficulté à répondre au 45% des offres d’emplois qu’il reçoit.

- Une fois l’offre déposée au Pôle Emploi, libre ensuite à l’entreprise de la publier ailleurs.

- Faire délivrer par le Pôle Emploi une « attestation d’absence de compétence locale » avant d’embaucher à l’extérieur. A compétences égales, la priorité doit être donnée aux Réunionnais. L’employeur doit justifier de sa recherche localement avant de chercher à l’extérieur. Libre ensuite au demandeur d’emploi de refuser le poste. Cela suppose une adaptation des moyens humains et matériels du Pôle Emploi (embauche de personnel, ouverture de guichets de proximité Pôle Emploi).

- Répertorier les Réunionnais partout dans le monde afin de pouvoir les informer des postes disponibles localement, correspondant à leur profil.

Dresser les besoins en emplois des secteurs publics et privés sur au moins trois ans afin d’ouvrir les concours aux nombres de places disponibles et de mettre en place des formations adaptées, aboutissant à l’emploi.

Nous resterons attentifs à l’évolution de la situation et aux prochaines déclarations de M. Lebreton, qui a par le passé affirmé : « Il faudrait écouter des personnes qui veulent faire avancer les choses. Il y a des syndicalistes, il y a des gens qui veulent proposer... ». (Réunion Première)

Face à telles déclarations, nous espérons que M. Lebreton saisira ce délai supplémentaire pour favoriser l’échange et la concertation avec l’ensemble des acteurs concernés, dont l’AJFER-Nou lé kapab.

Pour l’AJFER-Nou lé kapab,

Gilles Leperlier,

Président


Kanalreunion.com