Luttes sociales

Rester mobilisés contre une réforme injuste

France : encore plus d’un million de personnes dans les défilés samedi

Témoignages.re / 8 novembre 2010

Malgré une baisse du nombre de manifestations dans les rues de France, les syndicats n’en démordent pas et demandent le retrait de la réforme de la retraite. De nouvelles actions sont à prévoir.


1,2 million de manifestants se sont réunis lors de la huitième journée de mobilisation, a indiqué la CGT. Conscient de la baisse de la participation, le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a annoncé que « la CGT ira jusqu’au bout », « s’il s’avérait impossible de continuer la bataille sur les retraites avec un engagement unanime de tous les syndicats ».

Créer le rapport de force

L’intersyndicale va faire pression, jusqu’au lancement des négociations, jusqu’en juillet 2011, date d’application de la réforme. Les syndicats CGT, Solidaires et FSU ont d’ailleurs prévu de nouvelles actions, soutenus par la secrétaire générale du Parti socialiste, Martine Aubry. Cette dernière leur a apporté son soutien : « Jusqu’au bout, les socialistes seront avec les Français et avec les syndicats ». Elle a également ajouté « ne pas pouvoir se résoudre à cette réforme des retraites », cite “Le Journal du Dimanche”.
A l’inverse, la CFDT doute, et « semble avoir tourné la page », d’après “L’Humanité”. Le quotidien explique que François Chérèque « prépare le terrain », et observe qu’« on va s’éloigner petit à petit, malheureusement, du sujet des retraites ». Toutefois, les syndicats ont préservé leur unité lors d’une réunion jeudi 4 novembre, en fixant deux nouvelles dates de mobilisation contre la réforme des retraites, les 22 et 26 novembre.

Les urnes parleront en 2012

De nombreux manifestants résignés à ne pas pouvoir faire reculer le gouvernement sur l’âge légal de la retraite à 62 ans au lieu de 60 ans ont décidé d’afficher leur intention de punir Nicolas Sarkozy. A travers des slogans limpides tels que « 2012 : éjection présidentielle », « Racailles en 2012, notre Karcher, le bulletin de vote », « Sarko, faut rembourser la vaseline ! », « Sarkozy t’as pas gagné, on est toujours dans la rue ! », et « Qui sème la misère récolte la colère ! », les lycéens, étudiants, salariés du privé et du public et les retraités ont clairement annoncé leurs désaveux vis-à-vis du chef de l’État.


Kanalreunion.com