Luttes sociales

Revalorisation : 75% des enseignants sur la touche !

UNSA Education

Témoignages.re / 30 mars 2010

Voici un communiqué du SE-UNSA dénonçant les mesures prises par le gouvernement concernant la revalorisation des enseignants.

« Etrange conception du dialogue social. C’est lors d’une interview à RTL que Luc Châtel vient de laisser entrevoir les contours de la revalorisation des enseignants annoncée par le Président de la République. C’est l’option la plus basse qui a visiblement été retenue. Elle exclut la très grande majorité des enseignants actuellement en exercice.
Les mesures annoncées (157 euros supplémentaires pour les débuts de carrière) ne concerneraient, en effet, que les futurs recrutés au Master et par lissage, les enseignants qui n’ont pas encore atteint le 5ème échelon, soit ceux ayant 7 années d’ancienneté. (…)
La question de la réduction des viviers de recrutements, induite par la mastérisation, se pose donc avec acuité.
Le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, dont on nous disait qu’il mettrait du beurre dans les épinards des enseignants, laisse un goût particulièrement amer. L’immense majorité d’entre eux, victimes chaque jour des dégâts occasionnés par cette politique, se trouve exclue immédiate et, visiblement, aucune perspective nouvelle de carrière n’est envisagée pour eux à moyen ou long terme.
Pour le SE-UNSA, on est très loin du compte. Mardi matin, le ministère reçoit les organisations.
Le SE-UNSA y dénoncera des mesures qui excluent les trois quarts des enseignants. Il y fera valoir ses propositions pour une revalorisation pour tous. »

Le SE-UNSA



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Grâce au gouvernement du PS en 2002-2003, qui a désindexé l’évolution de nos salaires de l’inflation et a trafiqué le calcul de l’inflation, nos revenus ne font que reculer depuis : à mon niveau l’état me vole environ 700 euros par mois au 10è échelon, grâce aux socialistes (qui dirigent l’UNSA, ne pas l’oublier)

    Lire ceci :

    Revalorisation des enseignants : un vide sidéral !
    24 novembre 2009

    Les conseillers du ministre ont reçu la FSU mardi 17 novembre afin de présenter leurs propositions de revalorisation des enseignants. Bilan : une nouvelle grille indiciaire pour les nouveaux recrutés d’une attractivité faible au regard de la durée des études avec des retombées limitées aux premiers échelons, des mesures au coup par coup pour la masse des personnels sans perspectives affichées car liées à la construction des futurs budgets et au nombre de postes supprimés.
    Les enseignants néo-recrutés seraient directement rémunérés à l’actuel 3ème échelon revalorisé de 30 euros (échelon atteint actuellement à la fin de l’année de stage). Le principe est clair : les enseignants sont recrutés après une année d’étude supplémentaire, le ministre propose de les rémunérer comme ceux qui ont déjà effectué une année dans l’Education Nationale. Le ministre laisserait-il les enseignants déjà recrutés sur le bas côté ? Dans sa grande bonté il leur propose 30 euros de plus par mois sur les 6 premières années et 12 euros de plus à compter de 2016 ! Ça ou rien : quelle est la différence ?

    Au final cette proposition permettrait à un certifié néo-recruté de gagner en moyenne 31 euros de plus par mois sur l’ensemble de la carrière.

    Bref, ces propositions relèvent de la provocation. Le constat de la dévalorisation de nos métiers est une évidence pour tous, dévalorisation globale de nos métiers, de nos conditions de travail et d’emploi fortement attaqués et dévoyés, dévalorisation salariale flagrante.

    Le SNES exige l’ouverture de réelles négociations sur la revalorisation qui prenne en compte cette situation. Cette revalorisation doit faire l’objet d’un plan pluriannuel global bénéficiant à l’ensemble des personnels d’enseignement d’éducation et d’orientation et touchant tous les moments de la carrière et les retraites qui comme les traitements continués relèvent de la rémunération du travail et du métier. Il s’agit bien de répondre à une double exigence, celle de la reconnaissance des qualifications et de l’élévation du niveau de recrutement, celle des attentes de la profession dont le travail s’est alourdi et complexifié. Le SNES continuera de mobiliser la profession pour obtenir une revalorisation des débuts de carrière qui s’accompagne d’une reconstitution de l’ensemble de nos grilles de rémunération, avec l’intégration de l’actuelle hors classe dans une carrière à 11 échelons, ....
    http://www.snes.edu/Revalorisation-des-enseignants-un.html

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com