Luttes sociales

Rezistans’ : « nous refusons la remise en cause des acquis de la lutte »

Fin du RSTA

Témoignages.re / 24 mai 2013

Voici un communiqué du collectif Rezistans’ en réaction à l’annonce de la fin du dispositif RSTA.

« Le ministre de l’Outre-mer Victorin Lurel confirme que le RSTA prendra fin le 31 mai 2013, dispositif que nous avons arraché grâce à la mobilisation de la population.

Nous avons interpellé les élus réunionnais sur le sujet et saluons les interventions de la députée-maire Huguette Bello sur le dossier à l’Assemblée nationale et le communiqué fait par le PCR. En tout état de cause, un front commun de nos députés sur le sujet aurait pu, à notre sens, donner un résultat plus favorable à la population. C’est pour cette raison que Rezistans’ regrette le silence de certains et déplore la non-prise en compte des 12.000 signataires de la plateforme par nos élus et le gouvernement.

A cause de ce manque d’unité réunionnaise, c’est 40.000 personnes laissées sur le bord du chemin et c’est 50 millions d’euros en moins pour notre économie, déjà en grande difficulté.

Après la fin de la bonbonne de gaz à 15 euros et les 100 euros du RSTA, nous allons vraisemblablement vers la fin des 50 euros du bonus COSPAR, pour la fin d’année. Autant de coups bas qui sont faits aux familles de La Réunion, mais c’est aussi autant de pertes pour notre économie.

Rezistans’ appelle à l’arrêt du massacre social et demande une réactivité collective de toute la classe politique, car nous refusons la remise en cause des acquis de la lutte.

Le gouvernement, en voulant passer le relais aux entreprises, affiche là un mépris choquant à la population et aux travailleurs de La Réunion.

À part Lurel, qui peut croire à une augmentation des salaires à La Réunion de 100 euros, supportée par les entreprises ?

La surémunération ou encore la prime de vie chère est supportée par la puissance publique, donc, la suppression du RSTA par le gouvernement est une injustice orchestrée par le gouvernement socialiste.

Plus que jamais et au nom de l’égalité de traitement, Rezistans’ exige l’extension à tous les salariés du public et du privé de la prime de vie chère pour un montant de 150 euros par mois ou, dans l’attente de solution globale et pérenne, le maintien de la prime RSTA. Cette prime est de l’unique responsabilité de l’État, car c’est lui qui est à l’origine de son application pour les 60.000 salariés déjà bénéficiaires. »

Pour Rezistans’

Jean-Hugues Ratenon


Kanalreunion.com