Luttes sociales

Rien pour les plus démunis, et zéro euro de l’État

Une table-ronde qui ne répond pas aux revendications

Témoignages.re / 25 février 2012

Loin d’une baisse de 25 centimes financée par les profits des pétroliers, la réunion d’hier a accouché d’une baisse de 8 centimes qui sera payée par les collectivités et les pétroliers sans que la répartition de l’effort soit rendue publique. Pour le reste, aucun engagement concret et chiffré… voilà qui ne répond pas aux revendications de la population en lutte pour être respectée.

La table ronde organisée hier à la préfecture a une nouvelle fois montré l’impuissance du cadre actuel à répondre aux revendications de la population.
Tout était parti d’une mobilisation pour une baisse de 25 centimes pour tous du prix des carburants. Les manifestations nocturnes secouant La Réunion depuis mardi ont soulevé d’autres problèmes, qui ne pourront pas être réglés par une baisse de quelques centimes du litre d’essence.
La rencontre d’hier a confirmé la baisse du prix de la bouteille de gaz. Comme déjà annoncé depuis 2 semaines, le prix de la bonbonne sera de 15 euros à partir du 1er mars.
La nouvelle qui sera le plus commentée sera sans doute la baisse de 8 centimes du prix du carburant à partir du 1er mars. Ces 8 centimes seront payés par les collectivités et les pétroliers, sans que la répartition de l’effort ait été rendue publique hier. Mais d’ores et déjà, il est certain que les pétroliers s’en tirent à bon compte, puisque ce sont des fonds publics qui vont être mobilisés.
Concernant l’autre mesure nouvelle, à savoir le lancement d’une étude pour la baisse du prix ou le gel de 40 produits de première nécessité, rien ne sera connu avant mardi puisque les distributeurs n’étaient pas présents. Baisse de combien ? Sur quel produit ? Gel et non-baisse ? Tout cela est bien flou et ne répond pas aux revendications de la population étranglée par la vie chère.
Outre les pétroliers, le grand gagnant de la réunion d’hier est l’État qui ne met pas un centime dans les mesures proposées.
Mais cette victoire du gouvernement pourrait être de courte durée, car il montre là son irresponsabilité devant l’ampleur de la crise dans notre pays.
En 2009 en Guadeloupe, Paris avait débloqué des fonds dans le budget national pour donner une bouffée d’oxygène à la population. Trois ans plus tard à La Réunion, alors que la crise est bien plus intense, le gouvernement refuse le moindre geste.
Tout cela montre bien que dans le cadre actuel, il n’y a aucune perspective de sortie de crise.

M.M.


Le compte-rendu de la Préfecture

Une heure après la fin de la réunion, la préfecture a adressé à la presse le compte-rendu suivant :

« La réunion de travail qui a démarré à 15 h 30 a pris fin à 20 h 30.
Autour de la table étaient présents :
Les collectivités locales (Région, Département, association des maires, les trois chambres consulaires, la présidente de l’observatoire des prix et des revenus, des représentants de la société civile et les représentants des transporteurs).

La réunion a été particulièrement dense. Tous ces acteurs étaient nourris de la même volonté de voir aboutir le dossier.

Avant toute chose, tous les participants, sans exception ont demandé au préfet de lancer un nouvel appel pour que le calme règne ce soir à La Réunion. Les acteurs économiques ont renouvelé leur demande de voir la sécurité rétablie sur l’ensemble de l’île.

L’esprit de dialogue et de responsabilité dans lequel s’est déroulé cette rencontre a permis d’aboutir aux mesures suivantes :

- Baisse de la bouteille de gaz dont le prix sera fixé au premier mars à 15 euros.

- Baisse du prix du carburant à la pompe grâce à un effort partagé de tous (collectivités, CCIR, et pétroliers) de -8 centimes sur l’essence et de -8 centimes sur le gazole dès le 1er mars.

- Identification de 40 produits de première nécessité pour les Réunionnais, qui vont faire l’objet soit d’une baisse de leur prix, soit d’un gel de ce dernier jusqu’à la fin de l’année. Cette liste sera élaborée avec les consommateurs et les distributeurs et sera publiée pour une baisse effective au 1er mars (cette liste pourra être ultérieurement élargie à des catégories de produits comme l’énergie ou les télécoms).

- Lancement d’une étude pour un nouveau site de stockage de carburants à La Réunion afin de garantir la concurrence

- Lancement du grand débat sur le prix des carburants à La Réunion durant les deux mois qui viennent, grand débat qui permettra de mener une investigation poussée de la structuration des coûts des carburants à La Réunion. »


Toujours la même agression contre notre peuple

152.000 Réunionnais inscrits à Pôle emploi

Une heure après la fin de la réunion à la préfecture, les chiffres du chômage sont tombés et ils sont alarmants : plus de 152.000 Réunionnais sont inscrits à Pôle emploi.

Les derniers chiffres du chômage sont toujours aussi inquiétants. Le nombre de Réunionnais inscrit à Pôle emploi reste excessivement élevé, aux environ de 152.000 travailleurs en janvier dernier.
C’est bien l’impasse d’un système, avec ses conséquences dramatiques. Voici le détail de la crise.


Kanalreunion.com