Luttes sociales

RSTA : l’urgence de la table ronde

Premier mois sans ce complément de salaire

Témoignages.re / 23 septembre 2013

Dans six jours, le chargé de mission délégué à la lutte contre la pauvreté arrive dans un pays où, justement, la pauvreté des travailleurs va augmenter à cause de décisions prises à Paris.

En 2009, des dizaines de milliers de Réunionnais sont descendus dans la rue pour demander de meilleures conditions de vie. Parmi les avancées obtenues, il y eut la hausse des bas salaires : 100 euros par mois par le RSTA financé par l’État, et 50 euros avec la prime COSPAR, payée par les patrons avec la prise en charge des cotisations sociales par l’État.

L’INSEE a publié récemment les résultats d’une enquête sur la pauvreté à La Réunion. Il s’avère que ce taux avait baissé à 42%. Cette évolution devait beaucoup à ces deux dispositifs versés depuis mai 2009.

Mais le gouvernement a décidé de mettre fin au RSTA. Quant à sa participation au bonus COSPAR, elle n’est garantie que jusqu’à la fin de l’année.

Ce sont donc 150 euros qui risquent d’être retirés aux travailleurs les plus pauvres.

Le PCR propose la négociation au gouvernement : maintien du RSTA et de la prime COSPAR en attendant qu’une solution pérenne, sans perte de pouvoir d’achat, puisse s’appliquer. Les derniers versements avaient lieu sur le salaire du mois d’août. La venue de François Chérèque peut être le moment de lancer la table ronde réunissant tous les représentants des personnes concernées par le RSTA.


Kanalreunion.com