Luttes sociales

RSTA : la catastrophe se précise

Une seule certitude : la suppression dans la nuit de demain à vendredi

Témoignages.re / 30 mai 2013

Combien de Réunionnais touchent le RSTA ? Quel sera l’impact de sa suppression ? Quelle compensation possible ? À toutes ces questions aucune réponse. La seule certitude, c’est la suppression de ce dispositif au soir du 31 mai.


Lors de la conférence de presse de la Fédération du Parti socialiste consacrée en grande partie à la défiscalisation (voir encadré), il a été question du RSTA. C’est la confirmation que le dispositif prendra bien fin le 31 mai. La députée Ericka Bareigts a indiqué ne pas savoir quelles sont les sommes versées aux Réunionnais au titre du RSTA et par conséquent le nombre d’allocataires : « je suis très étonnée, j’ai voulu contrôler, personne n’a de certitude sur rien » . Pour sa part, sa collègue Monique Orphé rappelle que des bénéficiaires qui RSTA peuvent basculer sur le RSA activité, mais que cela n’est possible qu’à condition d’en faire la demande. Elle estime que «  la CAF et la Sécurité sociale n’ont pas fait leur travail d’information » , ce qui risque de pénaliser de nombreux ménages réunionnais. Ericka Bareigts poursuit, en affirmant que « les évaluations et la préparation de la sortie du dispositif n’ont pas été faites » . Autrement dit, la perte de revenu prévisible est mise sur le dos de deux administrations, ce qui exonère ceux qui ont pris la décision politique de ne pas prolonger la durée de vie de cette prime de vie chère pour les bas salaires. Quant à Philippe Leconstant, il précise que le gouvernement a prolongé de six mois un dispositif qui devait s’arrêter le 31 décembre dernier.

Cette position tranche par rapport à celle manifestée partout ailleurs. Mais elle confirme une certitude : la catastrophe se précise, car de nombreux bénéficiaires du RSTA risquent bien de voir leur salaire diminuer de 100 euros, dès le mois prochain.

 M.M. 

Défiscalisation : propositions des socialistes

Concernant la défiscalisation, la Fédération socialiste plaide pour son maintien en la modifiant pour la rendre plus simple, plus transparente, plus efficace afin de mettre fin aux abus.

Ericka Bareigts indique que la future défiscalisation pourrait s’inscrire dans un contrat signé entre l’État et la Région, et cibler des secteurs bien précis de l’économie. Quant à Monique Orphé, elle souhaite que ce soutien de l’État soit davantage concentré vers les LLTS plutôt que les LTS. Les LLTS sont en effet plus adaptés aux revenus des demandeurs de logements sociaux à La Réunion.


Kanalreunion.com