Luttes sociales

Saint-André et Fondation Abbé Pierre, partenariat renouvelé

Amélioration de l’habitat

Témoignages.re / 12 juin 2010

Une trentaine de familles vont bénéficier cette année d’une aide à l’amélioration de l’habitat à Saint-André, grâce à a convention entre la Fondation Abbé Pierre et la ville.

Dans le cadre de la convention avec la Fondation Abbé Pierre, la ville de Saint-André va aider 30 familles à améliorer leurs logements. Une enveloppe de 143.000 euros, dont 77.000 euros financés par le Centre communal d’action sociale va permettre la mise en oeuvre du dispositif cette année. Cet engagement a été pris mardi dernier à la mairie de Saint-André, grace au renouvellement de la convention qui lie la Fondation Abbé Pierre, le Conseil général et la ville depuis 2008.
En effet, ce partenariat n’est pas nouveau. Saint-André fait partie des 18 communes qui oeuvrent en faveur de l’amélioration de l’habitat légère avec la Fondation Abbé Pierre depuis quelques années. Ce sont ainsi 90 familles qui ont pu bénéficier de cette aide en deux ans, sans compter les 160 familles, qui en 2006-2007 ont obtenu le soutien du CCAS dans le cadre du contrat d’aide aux communes (CAC social).
« Ces familles de la commune ont bénéficié du matériel, des conseils et de l’accompagnement nécessaire pour leur permettre d’effectuer eux-mêmes des travaux permettant d’améliorer l’existant de leur habitat et donc de leur condition de vie. Ces aides sont salutaires pour toutes ces familles sans quoi les travaux ne seraient jamais réalisés, puisque la plupart des demandeurs perçoive des revenus modestes ou les minima sociaux », indique la municipalité.
La Fondation Abbé Pierre et le CCAS interviennent surtout pour les travaux concernant l’hygiène, la sécurité, la cuisine, la plomberie et la carrelage. « Du remplacement des volets détériorés par le temps à la pose de faux plafond et de parquet pour l’isolation thermique en passant par le remplacement de la baignoire par une cabine de douche… ».
L’amélioration lègère de l’habitat est une priorité de la municipalité, à côté de la construction de logements sociaux. En effet, seulement 19% des ménages saint-andréens ont accès un un logement social alors que la précarité financière est grande, avec 7.351 allocataires de minima sociaux couvrant 18.647 personnes.
Ce sont les familles identifiées par le CCAS qui bénéficieront du dispositif. Le CCAS dispose déjà d’une liste de 90 familles, une enquête déterminera les priorités.

EP


Kanalreunion.com