Luttes sociales

Saint-Pierre, le Tampon, Saint-Paul et Saint-Denis dans les 6 grandes villes les plus pauvres de la République

Les plus grandes villes Réunionnaises touchées par la pauvreté

Céline Tabou / 16 août 2012

D’après une enquête menée par le bureau d’études Compas et “La Gazette des Communes”, les villes de Saint-Pierre, du Tampon et de Saint-Paul sont les plus touchées par la pauvreté. Ces trois communes se placent dans le Top 6 des villes dont le taux de pauvreté est le plus élevé, avec 46%, 43% et 39%.

D’après le Compas, les grandes villes accueillent plus de personnes précaires que les zones périurbaines. Pour arriver à ces conclusions, le bureau d’études a recensé, à partir de chiffres datant de 2009, le nombre de ménages par ville, percevant moins de 954 euros par mois, soit 60% du revenu médian national, cela inclut les prestations sociales et écarte les prélèvements fiscaux, a indiqué "Les Echos".

Une pauvreté par ville

Basé sur la population de chaque ville, le taux de pauvreté est à son haut niveau dans les villes réunionnaises, de Saint-Pierre, Tampon, Saint-Paul et Saint-Denis. Sur son site internet, Compas a expliqué comment ce taux avait été mis en exergue, à partir d’un nouvel outil de mesure, qui donne à la fois « une vision locale de la pauvreté » et « intègre aux données fiscales communiquées par l’INSEE les prestations sociales, ramenées, elles aussi, à un niveau local ».
L’objectif est de définir le taux de pauvreté de chaque ville, selon sa population, afin que les politiques publiques locales puissent agir plus rapidement pour répondre à la situation. Louis Maurin, consultant au sein du bureau d’études Compas et directeur de l’Observatoire des inégalités, a indiqué que l’étude réalisée était complémentaire aux analyses de l’INSEE, qui devait être publié en 2012, mais a été repoussé en 2014.
Parmi les villes réunionnaises concernées par cette analyse, Saint-Denis, qui abrite 18.076 ménages sous le seuil de pauvreté, ainsi qu’un revenu médian des ménages pauvres de 650 euros. Le taux de pauvreté de Saint-Denis est de 36%, contre 39% Saint-Paul. 13.064 ménages vivent sous le seuil de pauvreté, et le revenu médian des ménages pauvres est de 687 euros. Saint-Pierre est la ville la plus touchée du pays, avec un taux de pauvreté de 46%, 11.793 ménages vivant sous le seuil de pauvreté et un revenu médian de 631 euros. Enfin, le Tampon loge 10.352 ménages vivant sous le seuil de pauvreté, les ménages pauvres de la ville ont un revenu médian de 637 euros et un taux de pauvreté de 43%.

4 villes réunionnaises dans le top 6

En 2008, l’INSEE indiquait qu’un Réunionnais sur deux possédait un niveau de vie inférieur à 920 euros par mois, soit 39% de moins que le revenu médian de France. L’institut avait indiqué les différents revenus selon les microrégions : le Nord possède le niveau de vie médian le plus élevé de l’île avec 1.020 euros par mois, l’Ouest avec 970 euros et le Sud et l’Est, ont un niveau de vie inférieur de 15% à celui du Nord.
Globalement, ce sont 49% des Réunionnais contre 13% en France, qui vivent sous le seuil de pauvreté national, plafonné à 911 euros par mois. L’INSEE a indiqué que 58% des enfants à La Réunion, soit près de 144.000 personnes de moins de 18 ans, vivent sous le seuil de pauvreté ainsi que les personnes âgées.

Céline Tabou

Les 10 grandes villes les plus pauvres de la République

Villes Taux de pauvreté
1 Saint-Pierre 46%
2 Roubaix 46%
3 Tampon 43%
4 Saint-Paul 39%
5 Aubervilliers 39%
6 Saint-Denis (La Réunion) 36%
7 Saint-Denis (France) 35%
8 Fort-De-France (Martinique) 34%
9 Sarcelles 33%
10 Perpignan 32%
Des explications spécifiques à La Réunion

Selon le directeur du Compas, cité par la “Gazette des Communes”, c’est dans les villes qui ont une forte densité de logements sociaux que se trouvent les plus forts taux de pauvreté : « L’analyse de ce classement permet de prendre la pleine mesure de l’importance du logement social dans la répartition de la pauvreté sur le territoire », insiste Hervé Guéry, directeur du Compas. Des villes qui concentrent la majorité du parc de logements sociaux de leur agglomération affichent un taux de pauvreté supérieur à la moyenne, comme Strasbourg ou Beauvais (taux : 24%).
« Beauvais regroupe 98% des logements sociaux de son agglomération. S’y installer représente l’espoir de trouver un logement et un travail pour une population précaire, qui est en constante augmentation sur notre territoire », confirme Raphaël Legendre, directeur du centre communal d’action sociale »
.

La lecture du classement du bureau d’études Compas fait apparaître en 3e et en 4e positions les villes du Tampon et de Saint-Paul, qui se situent bien en-dessous du seuil des 20% de logements sociaux imposé par la loi SRU.

C’est bien qu’il existe des explications spécifiques à La Réunion, qui ne sont pas les mêmes qu’en France.

Cela veut dire aussi une difficulté supplémentaire pour les plus pauvres qui se concentrent dans des communes où le nombre de logements sociaux est insuffisant.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Le futur ne s’écrit pas à Shanghai mais à Saint-Pierre de la Réunion. Saint-Pierre terre d’innovation et des technologies. Vive Saint-Pierre et ses écarts ! Bienvenue à Saint-Pierre, terre d’accueil et du paradis !
    Saint-Pierre : une ville animée et sérieuse.
    Oui, il fait bon de vivre à Saint-Pierre. C’est super ! Saint-Pierre se distingue par son dynamisme économique, culturel,religieux....." ses divertissements,sorties nocturnes et diurnes" .C’est une ville la plus animée de l’île..Elle attire tout le monde, les plus démunis comme les plus riches, vu l’opportunité des logements et des emplois...,néanmoins des différences existent et toutes les villes ne sont pas sur le même pied d’égalité face aux handicaps relevés, entraînant un écart non négligeable par exemple entre les revenus les plus aisés et ceux des plus précaires. Personne ne peut dire le contraire,néanmoins,il est plus agréable de vivre et de faire la fête à Saint-Pierre de la Réunion sous le soleil qu’à Roubaix, ville qui a connu malgré tout son d’âge d’or avant la première guerre mondiale .Voilà, deux villes sérieuses,deux villes complètement opposées qui sont prêtes pour avancer dans tous les domaines et poursuivre ainsi l’étude réalisée par ce bureau avec l’État, les collectivités,......
    "Saint-Pierre se classe première - ex-aequo avec Roubaix - des agglomérations françaises où la pauvreté est la plus forte, avec un taux atteignant 46%. Le Tampon et Saint-Paul arrivent respectivement troisième et quatrième de ce classement".
    Un outil indispensable aux collectivités.
    (Triste constat pour plus de 4 millions de Français qui vivent sous le seuil de pauvreté).
    Voilà un diagnostic destiné aux responsables pour pouvoir réorienter la politique sociale et urbaine, surtout à l’île de la Réunion et relever enfin les handicaps économiques. Un chiffre inquiétant et qui progressera encore d’avantage si rien n’est fait.
    La pauvreté est inacceptable...
    La lutte contre les exclusions et la pauvreté des ménages passe obligatoirement par le rassemblement et le travail de tous les élus,les associations diverses et les entreprises publiques économiques. Le coup d’envoi a été donné cette semaine par la solidarité des Maires pour trouver des solutions durables pour nos jeunes en réorganisant les services communaux dans l’avenir et en déployant des agents pour assurer la rentrée dans des meilleures conditions. Avec un peu de bonne volonté,tout est possible...et la lutte continue.
    La lutte contre la pauvreté, c’est l’affaire de tous et doit s’inscrire dans le grand livre de la politique de l’Union Européenne.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com