Luttes sociales

Section PCR de Saint-Denis : « Halte à la répression, écoutons enfin la parole des jeunes »

Communiqué des communistes de Saint-Denis suite aux manifestations

Témoignages.re / 5 avril 2016

Depuis deux jours, la ville de Saint-Denis, la plus grande de La Réunion, est touchée par un mouvement social déclenché par le changement des horaires de bus. La Section de Saint-Denis du Parti communiste réunionnais condamne l’usage de la répression, affirme sa solidarité avec les victimes, appelle la présidence de la CINOR et la mairie de Saint-Denis à la discussion par l’organisation d’une table ronde avec toutes les personnes concernées. Voici le texte du communiqué.

JPEG - 52.6 ko
Barrage dans une rue de Saint-Denis. (Image extraite du journal de Réunion Première)

En mars 2012, la jeunesse s’était révoltée contre les injustices de ce système. Près d’une centaine de jeunes avaient été emprisonnés. Le détonateur était un mouvement de protestation contre le prix des carburants. Le Parti communiste réunionnais avait été le seul parti solidaire des prisonniers, demandant la libération des jeunes.

Depuis deux jours, la commune de Saint-Denis est touchée par plusieurs manifestations. Après la Bretagne, la Colline des Camélias et Saint-François, le mouvement s’est étendu au Chaudron. Cette fois-ci, ce sont les nouveaux horaires de bus qui ont été le détonateur de ce mouvement social.

En effet à Saint-Denis, près de 40 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Nombreux sont les Dionysiens à ne pouvoir se payer le luxe de s’acheter une automobile, en particulier les jeunes. Les bus sont donc leur seul moyen de déplacement pour aller travailler ou pour en chercher. Décidés par la CINOR sous présidence socialiste, ces changements ont manifestement été faits sans la concertation nécessaire avec les personnes concernées.

La section PCR de Saint-Denis comprend les raisons de la colère. Elle appelle à la tenue d’une table ronde avec tous les acteurs concernés. Dans l’immédiat, les communistes de Saint-Denis condamnent l’usage de la répression qui ne fait qu’aggraver les choses.

La section PCR de Saint-Denis appelle la mairie et la présidence de la CINOR à la raison. Faute de quoi, le fossé entre la population et les élus va continuer à se creuser. Il ne faudra pas s’étonner que les abandonnés du système soient obligés d’avoir recours à des moyens d’expression toujours plus radicaux.

Les jeunes et des abandonnés peuvent compter sur le soutien des communistes de Saint-Denis.

Fait à Saint-Denis, ce mardi 5 mars 2015
Pour la Section PCR de Saint-Denis,
Alain Gravina, secrétaire de Section


Kanalreunion.com