Luttes sociales

SIB : le gouvernement et les députés jouent leur crédibilité

Le PCR solidaire des travailleurs de la Société industrielle de Bourbon

Manuel Marchal / 5 décembre 2013

Au lendemain de la publication du communiqué du PCR appelant le ministre du Redressement productif à agir, la presse annonçait qu’Arnaud Montebourg s’était saisi de l’affaire de la SIB. Lors de la conférence de presse d’hier, Yvan Dejean a rappelé que le gouvernement et les députés de La Réunion jouent leur crédibilité sur cette question.

JPEG - 51.1 ko
Les travailleurs de la SIB en lutte contre la fermeture de leur usine par Colgate-Palmolive. « La SIB engrange des bénéfices. Nous sommes en plein dans le licenciement boursier », affirme le PCR.

La première partie du point presse du Parti communiste réunionnais hier a concerné la menace de fermeture de l’usine de la SIB. Aux côtés de Maurice Gironcel, Yvan Dejean a exprimé la position du PCR sur cette question. Rappelons que lundi, le PCR a adressé un communiqué à la presse demandant au Commissaire au Redressement productif de solliciter son ministre de tutelle, Arnaud Montebourg. Hier, la presse a indiqué que le ministre du Redressement productif a fini par se saisir de cette question.

Halte aux licenciements boursiers

Yvan Dejan rappelle qu’ « il y a 18 mois, François Hollande, candidat à la présidentielle, disait : non aux licenciements boursiers » . Or, « la SIB engrange des bénéfices. Nous sommes en plein dans le licenciement boursier » .

Pour le PCR, la menace de fermeture de l’usine de la Société industrielle de Bourbon est un cas d’école. « Que le gouvernement s’engage å régler le problème », poursuit le secrétaire général du Parti. C’est pourquoi « le PCR demande à Arnaud Montebourg de venir ici comme il l’a fait ailleurs » .

« Une entreprise qui fait des bénéfices ne peut pas licencier » , affirme avec force Yvan Dejean.

Ce fait arrive dans un contexte de tension sociale accrue. Rien n’est réglé à la SERMAT, la prime COSPAR est menacée, la grève à Citroën. « Après la disparition du RSTA, le problème de la SIB est un test pour le gouvernement, les députés de La Réunion et leur crédibilité », dit en substance le responsable communiste. Le gouvernement dit vouloir faire baisser le chômage, que fait-il pour les 32 travailleurs de la SIB, interroge le PCR. « Tout cela alourdit le climat social à la fin de l’année » .

Risque d’explosion

Le PCR pose une question à la population : depuis juin 2012 et le triomphe des députés, la situation s’est-elle améliorée ? Pour le Parti communiste réunionnais, le gouvernement doit prendre en compte la situation, car cela risque d’exploser. Le mécontentement bout, et Yvan Dejean fait l’écho de plusieurs appels à des actions significatives pour apporter une solidarité agissante aux travailleurs de la SIB ou de Citroën.

C’est pour cela que le PCR demande au gouvernement de mettre tout sur la table pour qu’il soit possible de rechercher une issue à la crise. Cette mise à plat vise en particulier la fiscalité, conclut Yvan Dejean.

M.M.


Kanalreunion.com