Luttes sociales

SMIC : nouvelle hausse minimale du salaire minimum

1,1% loin de compenser la suppression du RSTA et les menaces sur la prime COSPAR

Manuel Marchal / 18 décembre 2013

La hausse du SMIC de 1,1% concédée par le gouvernement est loin de compenser l’augmentation des prix. L’INSEE relève 2,7% de hausse dans l’alimentation sur 12 mois. Le chariot-type a connu un bond de 30% en 13 mois. Pendant ce temps, les travailleurs ont subi la suppression du RSTA : 100 euros, c’est bien plus que la hausse du SMIC au 1er janvier.

JPEG - 79.8 ko
La bataille pour le pouvoir d’achat est loin d’être finie.

Quelques jours après l’annonce de la hausse de près de 30% du chariot type, une autre nouvelle concerne le pouvoir d’achat. C’est la revalorisation du SMIC au 1er janvier prochain. Pas de coup de pouce, et un progrès de 1,1%. En France, cette décision suscite de nombreux commentaires. Mais pour La Réunion, les conséquences du plafonnement de la hausse à 1,1% seront plus graves.

Suppression du RSTA

En effet, depuis le début de l’année, les travailleurs payés en fonction du SMIC, et ayant un faible salaire ont connu une baisse de leurs revenus. Le gouvernement a en effet choisi de ne pas prolonger le RSTA en mai dernier. C’est en septembre que le dispositif a disparu des feuilles de paye : 100 euros de moins.
Actuellement, les syndicats et le patronat sont en discussion sur l’avenir de la prime COSPAR. Là aussi, l’Etat a choisi de se retirer du dispositif. Les craintes sont réelles quant au devenir de ce bonus salarial. Car la revendication d’intégration du bonus dans les salaires est loin d’être acceptée par tous les patrons.
Autrement dit, la hausse de 1,1% est loin de compenser la perte du RSTA, et de faire baisser la tension autour des menaces sur la prime COSPAR.
À cela s’ajoute une spécificité de La Réunion : la vie chère et la hausse rapide des prix.

+2,7% dans l’alimentation

L’indice des prix à la consommation publié le 12 décembre dernier précise que l’alimentation a vu ses prix grimper de 2,7% sur 12 mois à La Réunion, contre 0,3% en France. Sur ce point, l’inflation à La Réunion est bien plus importante que la hausse du SMIC. Car plus le salaire est faible, plus la part de l’alimentation dans le budget est élevée. La revalorisation est donc loin de compenser l’inflation à La Réunion, c’est la conséquence d’un mode de calcul à partir de la réalité de la France, qui n’est pas celle de La Réunion.

M.M.


Kanalreunion.com