Luttes sociales

SNJ-Réunion : « Non à la dangereuse loi Travail ! Manifestons tous mardi ! »

Mobilisation contre la loi El Khomri

Témoignages.re / 10 juin 2016

Le SNJ-Réunion rappelle les conséquences de la loi El Khomri sur les journalistes et appelle à manifester mardi 14 juin à Saint-Denis.

JPEG - 258.4 ko
Les journalistes dans la lutte avec le SNJ

Ne nous laissons pas berner pas des discours pseudo-conciliants du gouvernement. La loi Travail (ou loi El Khomri) n’a rien perdu de son venin. Même après quelques adoucissements obtenus par la négociation, cette loi garde son objectif : favoriser les licenciements sous prétexte d’améliorer l’emploi.

Or les journalistes sont aussi menacés que les autres professions :

— La négociation d’entreprise pourra primer sur le contrat de travail. Autrement dit, dans les entreprises en difficulté (c’est-à-dire dans presque toute la presse) l’employeur pourra décider de supprimer des primes ou modifier la fonction des journalistes sans leur accord. Les mécontents seront licenciés.

— Pour qu’un accord d’entreprise (prévoyant par exemple les droits d’auteur ou des primes) soit valable, il devra être signé par des syndicats représentant 50% des salariés, ce qui est rare dans nos entreprises. Eh oui, car beaucoup de salariés ont peur de se faire remarquer simplement en votant !

— Faute d’accord avec les syndicats représentant 50% des salariés, avec cette loi, le patron pourra organiser un référendum à la demande des syndicats moins représentatifs (30%). Imaginez par exemple que l’employeur veuille un accord pour baisser tous les salaires (malgré le refus d’éventuels syndicats majoritaires). La question pourra être ’Préférez-vous baisser votre salaire ou garder votre emploi ?’. Vous devinez la réponse... Et tout le monde verra son salaire baisser.

— Les heures supplémentaires seront moins payées. Ne croyez surtout pas que les journalistes ne sont pas concernés. Car même si nous effectuons beaucoup d’heures sup’ non rémunérées, notre convention collective dit que nous pouvons les récupérer afin de ne pas dépasser le temps légal de travail. Grâce à cette disposition, certains journalistes ont obtenu au tribunal le paiement de leurs heures supplémentaires. Eh oui !

— Si nos employeurs peuvent nous licencier plus facilement, ils n’embaucheront pas plus de journalistes. Ils recruteront à notre place des stagiaires, des auto-entrepreneurs... bref des jeunes (ou moins jeunes) motivés, bosseurs... qui feront le travail d’un journaliste sans en avoir le salaire.

Alors n’hésitez pas : venez manifester mardi 14 juin à partir de 9 heures à Saint-Denis. Rendez-vous au Petit-Marché pour un défilé jusqu’à la préfecture. Le SNJ y sera avec l’union syndicale Solidaires.

Et n’hésitez pas à faire grève ! Ne vous laissez pas culpabiliser par ceux qui clament qu’’il faut savoir arrêter une grève’. Il faut avant tout savoir annuler les dangereux projets de loi !


Kanalreunion.com