Luttes sociales

« Solidarité envers les travailleurs »

Le PCR aux côtés des “emplois verts”

Témoignages.re / 23 août 2012

Une délégation du PCR s’est rendue à la Préfecture en signe de solidarité avec les “employés verts” contestant la diminution du nombre d’emplois aidés dans les collectivités.

Plusieurs centaines d’employés communaux ont dénoncé la précarité dans laquelle ils vivaient et ont appelé au renouvellement de leur contrat. Emmenée par Fabrice Hoarau, cette délégation a tenu à rappeler ses propositions pour la pérennisation de l’emploi à La Réunion lors de cette manifestation. Celles-ci concernent la création de deux grands services dans la protection de l’environnement et l’aide à la personne.

Gilles Leperlier, Président de l’AJFER : « Nous sommes présents aujourd’hui pour être au côté des travailleurs qui mènent la lutte et qui se battent pour maintenir leurs emplois, déjà précaires. Il faut aujourd’hui aller vers l’emploi décent et durable, car au-delà des contrats aidés, ce sont de vrais emplois qu’il faut. Les travailleurs ont droit à un véritable statut, une formation adaptée et une durabilité de l’emploi ».


Marguerite : « Mon fils possède un “emploi vert”, mais il sait que son contrat ne sera pas renouvelé après deux années. Ce contrat lui a donné un emploi et une formation, qu’il ne pourra pas hélas faire bon usage, car aujourd’hui il n’y a plus de travail ».

Marie-Nadine Adrien : « Mon contrat dans la restauration n’a donc pas été renouvelé, après six mois, il vient de se terminer en août. Depuis je me suis inscrite au Pôle Emploi, mais avec la situation actuelle, cela devient difficile de trouver un emploi. Tous les projets que j’avais sont tombés à l’eau ».

Fabrice Hoarau, porte-parole de la délégation du PCR : « Le PCR est là pour soutenir la bataille de l’emploi. Nous avons été présents la semaine dernière pour la Police nationale, les fonctionnaires réunionnais mutés en métropole. Nous avons également protesté contre l’arrivée des centaines de fonctionnaires mutés à La Réunion, alors que beaucoup de jeunes envoyés en métropole peuvent occuper les postes ici. Aujourd’hui, dans le droit fil de la lutte du parti, nous sommes là pour être solidaires de la bataille des “emplois verts”. Le PCR se doit d’être au côté de la population réunionnaise qui se bat pour son avenir et un emploi.

Le PCR dénonce aussi la gestion actuelle des emplois-aidés. Nous demandons toute la transparence pour que la détresse des travailleurs ne soient plus utilisée dans un objectif politicien ».


Sandra : « Aujourd’hui, on n’est pas seulement là pour manifester contre la diminution des contrats aidés, mais aussi pour l’emploi en général. Le chômage à La Réunion est tel que la situation s’aggrave de jour en jour, on ne peut plus continuer comme cela ».
Béatrice Leperlier, Conseillère régionale et membre de l’AJFER : « Nous sommes là en soutien parce que l’on doit, dans la situation actuelle, défendre l’emploi, c’est une question de principe. On ne peut pas parler d’emploi sans évoquer les 30% de chômage et les 60% qui concernent les jeunes de moins de 25 ans. Il faut gérer la situation d’urgence, mais aussi poser sur la table le fonctionnement même de ces contrats, qui est une gestion à la petite semaine. Depuis des années, l’Alliance a demandé un plan prévisionnel du nombre de contrats aidés nécessaires. Car, aujourd’hui, l’opacité qui règne autour de ces contrats engendre des inégalités. Le but ultime est l’emploi décent, car les contrats aidés ne le sont pas et maintiennent les gens dans la pauvreté, nous ne pouvons pas accepter cela ».


Mickael Grondin : « Je travaille à la commune de Saint-Louis, je suis ici en signe de solidarité avec mes collègues dont beaucoup possèdent des contrats qui vont arriver à leur terme. Le but est également de s’informer et d’intervenir au sein de la section de Saint-Denis, à laquelle je suis inscrit, pour faire bouger les promesses faites par François Hollande, notamment en matière d’emploi ».


“Emplois verts” : un accord signé avec l’État et la Région



« On a gagné ! ». C’est ce qu’a déclaré Gérard Agathe, porte-parole du collectif des employés en contrats aidés, à la sortie de la table ronde qui s’est déroulée hier en préfecture. Les “emplois verts” ont en effet obtenu satisfaction puisqu’un protocole d’accord a été signé entre les représentants de l’État, du Pôle Emploi, du Conseil régional, de la plateforme des présidents d’associations du dispositif "emplois verts" et du collectif des employés. L’État s’est engagé à soutenir le Conseil régional dans son dispositif "emplois verts" et à permettre le renouvellement des contrats aidés qui arrivent à échéance d’ici au 31 décembre 2012, en recourant à tous les dispositifs disponibles. Par ailleurs, le Conseil régional mobilisera à cette fin des moyens financiers supplémentaires.

Un guichet commun État et Conseil régional, qui associera les associations, assurera le suivi et la coordination du dispositif arrêté hier matin. La première réunion du guichet se tiendra le jeudi 30 août après la tenue de la commission de la transparence le 28 août.

A l’annonce de la victoire des “emplois verts”, les manifestants réunis devant les grilles de la préfecture ont laissé exploser leur joie. « La réunion a été un peu longue, mais elle a été utile. Nous avons eu une écoute attentive sur la question des “emplois verts”, et nous avons gagné », a déclaré Gérard Agathe sous les applaudissons de la foule. « Aujourd’hui, c’est notre victoire, c’est nous qui avons mené cette lutte et nous avons gagné ensemble », dit pour sa part Alice Moindjie de l’association Agir Pou Nout Tout.

Le Préfet Michel Lalande, dont c’était certainement le dernier dossier à La Réunion, a pour sa part insisté sur le fait que « nous avons réussi à mettre sur la table ce qui nous rapprochait ». « La question de la filière verte, c’est la question de l’entretien du patrimoine naturel réunionnais, et il faut mobiliser les moyens pour maintenir notre patrimoine. Le problème avec les moyens, c’est qu’il n’y en a jamais assez », a expliqué Michel Lalande. « Des efforts conséquents ont été faits pour continuer à entretenir ce patrimoine », estime le préfet, tout en réitérant le souhait « de voir se pérenniser les “emplois verts” ».

Les employés menacés de licenciement en cas de non-renouvellement de leur contrat peuvent maintenant souffler, tout comme la population réunionnaise puisqu’il n’y aura pas de blocage des routes.

Pour rappel, pendant qu’une délégation de la plateforme des associations du dispositif "emplois verts" et du collectif des salariés était reçue en table ronde, plus de 500 “emplois verts” étaient venus manifester devant les grilles de la préfecture pour soutenir le millier de salariés menacés de licenciement. Se disant déçus par les élus, les manifestants espéraient des réponses concrètes et immédiates à l’issue de la table ronde, sous peine de bloquer les routes.

(Source : Imaz Press Réunion



Kanalreunion.com