Luttes sociales

« Soutien aux salariés de la SIB »

La commune du Port solidaire des 32 travailleurs

Témoignages.re / 26 novembre 2013

Dans un communiqué publié hier sous la signature de son maire Jean-Yves Langenier, la commune du Port manifeste sa solidarité avec les travailleurs de la Société industrielle de Bourbon et appelle à « tout faire pour préserver le tissu économique de La Réunion ». Elle interpelle le gouvernement et les députés. La SIB est une filiale du groupe américain Colgate-Palmolive. Ce dernier a décidé de fermer l’usine pour augmenter ses profits. Voici ce communiqué avec des intertitres de Témoignages.

JPEG - 57 ko
L’usine de la SIB fonctionne encore, mais Colgate-Palmolive a décidé de la réduire au silence.

« La municipalité portoise tient à exprimer la préoccupation majeure que représente à ses yeux la perspective de la fermeture de l’usine de la Société Industrielle de Bourbon (SIB) située au Port.

Spécialisée dans la fabrication de produits ménagers d’entretien, la SIB installée au Port depuis 15 ans, estime qu’elle n’a d’autre choix que d’envisager la fermeture de son usine, ce qui entrainerait la suppression de 32 postes. Dans un communiqué publié il y a 3 jours, la direction a mis en avant des «  difficultés économiques durables caractérisées par des coûts de fonctionnement et de production élevés, une diminution de la demande des consommateurs, qui entament la compétitivité du site  », sans pour autant étayer ces propos d’éléments chiffrés. Elle indique par ailleurs que l’activité de production sera transférée en France métropolitaine (Compiègne) afin de continuer d’alimenter le marché réunionnais.

182 familles concernées

Quoi qu’il en soit, la fermeture de cette filiale du géant américain Colgate-Palmolive, annoncée à un mois des fêtes de fin d’année, jette à la rue 32 salariés mais a aussi pour conséquences d’attaquer le tissu économique réunionnais et de fragiliser un marché de l’emploi déjà bien affaibli puisque 150 emplois indirects seront également impactés par cette cessation d’activité.

Ce sont donc 182 familles, au bas mot, qui se retrouvent aujourd’hui fragilisées, voire en détresse. Si l’on prend en considération la chaîne des solidarités familiales et sociales qui charpente notre société réunionnaise et constitue son originalité et sa force, on peut aisément estimer que les menaces qui pèsent sur ces emplois et cet outil de production porteraient atteinte, selon le principe de l’effet domino, au pouvoir d’achat de plus d’un millier de personnes qui basculeraient ainsi un peu plus dans la précarité sociale.

Les efforts du Port

 

Dans un contexte où la mondialisation impacte de manière inquiétante les petits territoires comme celui de La Réunion qui connaît un taux de chômage de 30%, la Ville du Port ne ménage pas ses efforts pour contribuer au dynamisme économique, notamment en favorisant l’accueil des entreprises pour le développement de leurs activités et la création d’emplois. Ainsi plus du quart du territoire portois — la plus petite commune de l’île — participe, au travers de ses zones d’activité, à la richesse économique de notre région.

Le Gouvernement de Monsieur Jean-Marc Ayrault avait dès le début marqué sa volonté d’agir concrètement sur l’emploi et l’économie en inaugurant un nouveau Ministère : le «  Ministère du Redressement Productif  » confié à Monsieur Arnaud Montebourg. Les objectifs annoncés par le Ministre étaient d’oeuvrer pour «  la création, et le sauvetage, le plus possible, des emplois qui risquent d’être perdus  ». C’est avec des mots forts tels que «  imagination, créativité, audace, réalisme  », que Monsieur Arnaud Montebourg avait alors défini l’état d’esprit de la bataille qu’il comptait mener en faveur du redressement productif.

Gouvernement et députés interpelés

Plus que jamais, tous les efforts doivent être conjugués pour préserver les emplois et les outils de production du marché réunionnais. Si l’on se réfère à la situation de la SIB, il apparaît évident qu’elle constitue, au regard des priorités définies par le Gouvernement, un cas d’école qui devrait interpeller le Ministère de Monsieur Arnaud Montebourg et mobiliser toutes les énergies.

 

C’est pourquoi la municipalité portoise apporte son soutien aux salariés de la SIB et a interpelé à la fois le Gouvernement et les Députés de La Réunion pour qu’une solution concrète, rapide et efficace soit définie et mise en oeuvre afin de sauver les emplois et l’outil de production de la SIB. »

Jean-Yves Langenier

Maire du Port


Kanalreunion.com