Luttes sociales

Soutien total d’Huguette Bello aux revendications des jeunes

L’UNEF rencontre la députée-maire à Saint-Paul

Témoignages.re / 13 mai 2011

Après la conférence de presse au Tampon, la délégation de l’UNEF s’est rendue à Saint-Paul pour rencontrer la députée Huguette Bello. La parlementaire a affirmé qu’elle appuiera la lutte des jeunes au plus haut niveau.

Après la conférence de presse organisée au Tampon en présence d’élus de la Région et du Conseil général, la délégation de l’UNEF avait rendez-vous avec Huguette Bello en début d’après-midi à la Mairie de Saint-Paul.
« Nous avons eu un échange enrichissant, Huguette Bello est concernée par les problèmes des étudiants », ont affirmé les jeunes.
Durant cette rencontre avec la députée-maire de Saint-Paul, la délégation de l’UNEF lui a demandé de poser la question du financement de l’université sur le plan national. Huguette Bello s’est engagée à écrire au ministre concerné pour demander au gouvernement de prendre conscience de la situation de notre île. La parlementaire compte également mobiliser pour dénoncer la diminution des moyens affectés au service public d’enseignement supérieur dans notre île.
Ce sont en effet les étudiants issus de famille aux revenus modestes, et pour qui l’université constitue un véritable ascenseur social, qui sont pénalisés par les fermetures annoncées.
Huguette Bello s’est aussi engagée à appuyer la demande d’audience faite par l’UNEF à la ministre de l’Outre-mer qui sera dans notre île les 18 et 19 mai prochains. Cette demande est un rendez-vous avec Marie-Luce Penchard en personne, et non pas avec un conseiller technique.
En conclusion, la députée-maire a réaffirmé qu’il est scandaleux de demander à l’université d’être gérée selon le dogme de la rentabilité à tout prix, elle condamne donc le projet de fermeture de plusieurs filières universitaires dans le Sud.


Où sont les "défenseurs" de l’Université dans le Sud ?

Dans son reportage sur la conférence de presse de l’UNEF, Réunion Première a fort justement conclu le sujet en se demandant où étaient passé Didier Robert, député de la circonscription, et Paulet Payet, maire du Tampon. Tous deux étaient en effet de chauds partisans de l’Université dans le Sud, a dit en substance Réunion Première. Mais c’était sans doute dans une autre époque…


Kanalreunion.com