Luttes sociales

"Tendances mondiales de l’emploi des jeunes, 2012" : Chiffres alarmants, mais des solutions existent, le défi majeur de l’emploi !

Un article de l’Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi à La Réunion

Témoignages.re / 29 mai 2012

La semaine dernière, l’Organisation internationale du Travail (OIT) a présenté son rapport 2012 sur les “Tendances mondiales de l’emploi des jeunes”. Les chiffres annoncés et les tendances prévues sont loin d’être réjouissants, mais ce rapport a surtout pour but d’alerter, d’éclairer les dirigeants du pays à la fois sur la situation actuelle, mais aussi sur les solutions possibles.

Depuis 2007, le chômage des jeunes dans le monde est reparti à la hausse : 12,7% des jeunes sont au chômage, soit près de 75 millions de personnes, 4 millions de plus qu’en 2007. Il est à noter que ce chiffre ne comprend pas les 6,4 millions de jeunes qui ont abandonné le marché du travail.

Les économies développées et l’Union européenne ont particulièrement été touchées par cette forte augmentation. Si la crise mondiale est le facteur majeur qui explique ces mauvais résultats, le rapport de l’OIT indique que dans ces pays, « peu de progrès ont été réalisés en vue d’atténuer l’impact ».

Le taux de chômage des jeunes dans le monde aujourd’hui est donc équivalent à celui atteint au plus au niveau de la crise en 2009. Les progrès accomplis au début de la décennie ont été « anéantis ».

L’emploi est donc encore bel et bien en crise. Le rapport souligne le fait que si le chômage des jeunes a des effets négatifs et immédiats sur la société, il a aussi des conséquences néfastes sur le futur. D’ici à 2016, les projections indiquent peu d’améliorations, avec un chômage aussi élevé qu’aujourd’hui.

Découragements, emplois précaires, éducation : le défi majeur de l’emploi

Comme à La Réunion, le rapport insiste sur le découragement de nombreux jeunes face à l’emploi. Si certains abandonnent leur recherche d’emplois, d’autres choisissent un moindre mal en allongeant la durée de leurs études. Dans les deux cas, le choix est fait de remettre à plus tard leur entrée sur le marché du travail. Mais il faudra bien qu’ils y entrent un jour, et à ce moment, l’étude menée par l’OIT alerte sur une nouvelle augmentation de la pression sur l’emploi des jeunes.

L’autre enseignement de ce rapport porte sur l’augmentation du nombre de contrats atypiques proposés aux jeunes notamment dans les économies développées, en particulier, insiste l’OIT, « depuis que la crise économique mondiale rend ce type de travail de plus en plus acceptable ». Ainsi, de nombreux jeunes se retrouvent « piégés avec un emploi […] qui n’est pas à la hauteur de leurs aspirations et qui, souvent, ne leur offre pas d’opportunité de postes plus stables, à forte productivité et mieux payés ».

En termes d’éducation et de formation, si l’impact positif qu’elles ont sur l’emploi ne sont plus à démontrer, le rapport de l’OIT rappelle que « le développement du capital humain et un niveau plus élevé d’éducation ne se traduisent pas systématiquement par une amélioration des résultats sur le marché de l’emploi ».

Il existe bel et bien des spécificités entre les pays, mais tous sont confrontés au « défi majeur de l’emploi des jeunes ». Les économies développées semblent les plus touchées et sont aussi celles qui connaissent un essor rapide de jeunes qui ne sont ni à l’école, ni au travail, devenant là, selon l’OIT, un « sujet de grande préoccupation ».

«  Le chômage des jeunes peut être vaincu »

L’Organisation internationale du Travail a fait un certain nombre de recommandations aux États, parmi lesquelles on retrouve : le maintien et renforcement des mesures créatrices d’emplois, en faveur de la reprise durable de l’emploi, le développement des services publics de l’emploi, la formation, l’amélioration de la qualité de l’emploi vers un emploi décent, le dialogue social et des analyses fines sur le marché du travail…

Depuis hier et jusqu’à demain, l’OIT organise le Forum mondial sur l’emploi des jeunes. Constituant les 40% des demandeurs d’emploi dans le monde, ce moment sera l’occasion d’échanger sur les différentes visions, analyses, propositions pour sortir de cette situation.

Si nous sommes bien placés à La Réunion pour savoir que chaque territoire a sa spécificité, il n’en demeure pas moins qu’il est important d’observer attentivement ce qu’il se passe autour de nous, à travers le monde. Ces rapports, édités régulièrement par les organisations internationales, sont des ultimes alertes aux dirigeants des pays. Elles estiment malgré tout que « le chômage des jeunes peut être vaincu », à condition bien évidemment que l’on se donne les moyens.
Les récents changements à la tête de l’État sont porteurs de beaucoup d’espoirs chez bon nombre de citoyens. Les aspirations sont grandes et exigeantes. Le travail à venir est immense. Nos dirigeants s’engagent sur un certain nombre de points, en connaissance de causes et de solutions. Nous lutterons pour leurs applications.

L’AJFER


Kanalreunion.com