Luttes sociales

Tous à la manif demain à Saint-Denis

Pour sauver la prime COSPAR

Témoignages.re / 28 novembre 2013

En 2009, les Réunionnais ont réussi à obtenir une augmentation de 150 euros des bas salaires. 4 ans plus tard, tout est remis en cause. Le gouvernement a supprimé le RSTA et la prime COSPAR est menacée. Demain à Saint-Denis, ce sera la mobilisation. Tous à la manif.

JPEG - 84.9 ko
Grâce à la lutte, les Réunionnais avaient obtenu une augmentation de 150 euros des bas salaires. Puis ils se sont battus pour son maintien, comme lors de cette manifestation. Mais un gouvernement a décidé de revenir sur cet acquis.

Le 5 février 2009, un collectif de syndicats, d’associations et de partis politiques se réunit pour revendiquer plusieurs mesures destinées à améliorer la situation. Une plate forme est adoptée. Elle propose une hausse de 200 euros des bas revenus, des petites retraites et des bourses des étudiants. Elle demande une baisse des prix, en particulier sur les produits de grande consommation. Elle souhaite également une baisse des loyers.

Le collectif prend le nom de COSPAR, et il organise sa première grande journée d’action le 5 mars 2009. Deux défilés ont lieu à Saint-Denis et à Saint-Pierre. Des dizaines de milliers de Réunionnais sont dans la rue. Le soir même, les négociations commencent. Le préfet décide de baisser les prix du gaz et des carburants, ils seront ainsi gelés pendant 6 mois.

Les 10 et 19 mars 2009, le COSPAR organise deux nouvelles journées d’action afin d’accélérer le dénouement des négociations.

Pour les prix, le COSPAR obtient le gel des loyers dans le parc social, la diminution des tarifs bancaires, et la liste COSPAR : plus de 250 produits dont le prix baisse de 5 à 20%.

L’État a voulu la prime COSPAR

Sur les revenus, les discussions sont plus difficiles. L’État ne veut rien lâcher sur les minima sociaux. Mais il est prêt à participer à une hausse de 150 euros des salaires pendant 3 ans via une prime de 100 euros qu’il paie directement, et par l’exonération des cotisations sociales sur une prime de 50 euros payée par l’employeur. Le COSPAR a une autre proposition. Il préconise de globaliser l’aide de l’État, de moduler une contribution des entreprises en fonction de son nombre de salariés, de mettre le tout dans un fond, et de partager ce fond entre les travailleurs ayant de faibles salaires.

Le préfet a refusé cette offre, et il a imposé la vision du gouvernement sur la contribution de l’État à l’accord salarial : les 100 euros du RSTA pour les travailleurs qui gagnent moins de 1,4 SMIC et l’exonération des cotisations sur les 50 euros de ce qui sera la prime COSPAR. C’est sur cette base que les syndicats du COSPAR ont signé un accord salarial avec le MEDEF, qui sera étendu à toutes les entreprises après sa publication dans le "Journal officiel".

Rendez-vous demain 9h au Jardin de l’État

Quatre ans plus tard, la situation ne s’est pas améliorée. Les prix sont repartis à la hausse, tout comme le chômage. Fin 2011 et fin 2012, la question de la reconduction de la prime COSPAR s’est posée. Paul Vergès est à chaque fois intervenu pour obtenir son maintien. Il a obtenu gain de cause.

Mais le gouvernement a décidé de serrer encore davantage les dépenses. Il a donc décidé de commencer par ne plus verser le RSTA. Cette décision est pleinement effective depuis le mois de septembre. Elle accélère la crise, et amplifie le mécontentement.

À cette perte de 100 euros risque de s’ajouter celle des 50 euros de la prime COSPAR. Dans le projet de budget pour 2014, rien n’est prévu pour pérenniser ces deux mesures sociales.

Pour que ce qui a été obtenu dans la rue ne soit pas repris, l’Intersyndicale appelle à une grande journée d’action demain. Le temps fort sera le défilé du Jardin de l’État à la préfecture à Saint-Denis. Le rendez-vous est donné à 9 heures vendredi.

Tous à la manif !

M.M.

3 revendications pour l’Intersyndicale

- intégration de la prime COSPAR dans les salaires sans perte de revenu ;

- nécessité de salaires et minima sociaux décents ;
- extension de conventions collectives nationales.


Kanalreunion.com