Luttes sociales

Tous aux manifs de Saint-Denis et Saint-Pierre

Mobilisation contre la casse sociale

Céline Tabou / 24 juin 2010

La réforme des retraites lancée par le gouvernement fait couler beaucoup d’encre. Les syndicats espèrent une forte mobilisation dans l’espoir de faire reculer le gouvernement. Plus de 200 cortèges sont attendus dans les rues de France. À La Réunion, la mobilisation s’est mise en place pour appeler Nicolas Sarkozy a revoir sa copie. Elle sera aussi placée sous le signe de la lutte pour l’emploi.

En janvier dernier, le gouvernement annoncé l’objectif de revenir à un déficit public de 3 % du PIB en 2013, pour satisfaire les exigences de Bruxelles, au lieu de près de 8%. Atteindre cet objectif, c’est trouver 100 milliards d’euros. Six mois plus, la crise a précipité les évènements. Ce plan de rigueur lancé par le gouvernement a toujours été programmé, mais c’est l’accélération de la crise qui a permis à Paris de l’annoncer en agitant la menace d’une crise à la grècque en France.

Recul de l’âge de départ à la retraite

Le gouvernement avait promis de ne pas toucher à l’age de départ à la retraite fixé à 60 ans, mais il décide de le fixer à 62 ans. Ce tournant a été le clash entre les syndicats, prêts à négocier, et le gouvernement. Las de ne pas être écoutés, les principaux syndicats, CGT, CFDT, CFTC, FSU Solidaires, UNSA ont décidé de s’unir pour contrer cette réforme considérée « inacceptable, injuste, comptable, et de court terme ».
Pour apaiser les esprits, le gouvernement a décidé de reculer l’âge légal à 62 ans de manière progressive à raison de quatre mois par an. Le projet de réforme des retraites du gouvernement prévoit un recul de l’âge légal de départ de 60 à 62 ans en 2018, date à laquelle le régime de retraites devrait selon le site "Public Sénat", avoir retrouvé l’équilibre financier.

Gel des salaires et suppression de postes

Dans le cadre de la réforme des retraites, le gouvernement a décidé de geler le salaire des fonctionnaires, alors que la négociation salariale 2011-2013 dans la fonction publique s’ouvre ce vendredi 25.
Décidé début mai par le secrétaire de l’Elysée pour la période 2011-2013, le gel du point d’indice du salaires des fonctionnaires a pour objectif de faire économiser 100 milliards d’euros.
D’autres décisions vont être payées par les classes défavorisées, avec la hausse de la TVA, la baisse des pensions de retraite, le gel des salaires dans la fonction publique, réduction ou suppression des allocations sociales... En plus du gel des salaires, le gouvernement a décidé de ne pas remplacer un départ à la retraite sur deux et compte supprimer 100.000 postes de 2011 à 2013.
Cette accumulation de projets appelle à la mobilisation la plus large pour contraindre le gouvernement à arrêter la casse sociale.

Céline Tabou


Kanalreunion.com