Luttes sociales

Transporteurs et terrassiers pourront-ils porter leur revendication devant le ministre ?

Après le coup de force d’hier matin devant la SRPP

Manuel Marchal / 2 septembre 2009

La manifestation des transporteurs et des terrassiers a débouché sur une évolution du Protocole Novelli et sur la décision d’envoyer à Paris une délégation négocier avec le ministre. Mais les représentants des manifestants sont exclus de la délégation.

Jeudi dernier, des transporteurs et les terrassiers avaient été reçus par le préfet. Ils demandaient une révision du protocole signé par le secrétaire d’État aux PME, Hervé Novelli, et plusieurs organisations patronales : FNTR, FER, UNOSTRA, FER. En désaccord avec les mesures contenues dans ce texte signé par Joël Mongin, les transporteurs et les terrassiers ont refusé d’accepter de valider ce texte. Ils demandent des modifications, afin que les mesures prévues ne bénéficient pas seulement à une minorité, mais à toutes les entreprises concernées.
Devant l’intransigeance du préfet et de ces organisations, terrassiers et transporteurs ont alors manifesté lundi sur la RN1. Cela a amené les signataires du protocole avec le ministre à se retrouver autour du représentant de l’État à la préfecture. D’un commun accord, ils ont décidé de faire évoluer le texte, enlevant la clause obligeant les entreprises à être à jour de leurs cotisations pour bénéficier des mesures prévues dans cette contribution au Plan de relance.
Cela montre que le mouvement revendicatif a débouché sur un premier progrès.
Là dessus, le préfet dit qu’il est allé au bout de la négociation. Plus aucune évolution n’est possible par la discussion avec l’administration à La Réunion. Pour obtenir d’autres modifications, il est nécessaire d’aller négocier directement avec le ministre à Paris. Est donc décidé l’envoi d’une délégation composée uniquement des organisations signataires du protocole. Or, tout le monde a bien compris qu’il n’y aurait jamais eu d’envoi de délégation sans manifestation. C’est en effet la manifestation qui a fait évoluer le texte, et donc déclenché la négociation directe avec Paris.
Pour le moment, ceux qui ont permis au Protocole Novelli d’évoluer sont exclus de la délégation qui se rendra à Paris. Allons-nous voir une nouvelle injustice ?
Le préfet va-t-il commettre à nouveau l’erreur de s’appuyer sur Joël Mongin, totalement isolé et discrédité au sein de sa profession ? Il est en effet essentiel que les personnes qui sont dans les pires difficultés puissent défendre directement leur cas auprès du ministre.
Joël Mongin peut dire qu’il a des difficultés, mais avec quelques autres entreprises, sa société a bénéficié de la quasi-totalité des 2,5 millions d’euros pris dans la poche des Réunionnais en novembre dernier. Sur les 2,5 millions d’euros, à combien ont eu droit les petits transporteurs et les terrassiers ? Joël Mongin se dit l’adepte de la transparence, alors qu’il dise combien son entreprise a gagné sur les 2,5 millions d’euros.
Après le coup de force d’hier matin devant la SRPP, c’est une initiative scélérate qui se prépare. Va-t-on exclure de la délégation les personnes qui sont le plus gravement touchées par la crise ?

MM


Kanalreunion.com