Luttes sociales

Ultimatum du BTP aux pouvoirs publics

Manifestations aujourd’hui et vendredi

Témoignages.re / 7 septembre 2010

Pour les syndicats de salariés du BTP, la plaisanterie n’a que trop duré. Près de 10.000 emplois directs ont été supprimés. Avec le patronat, ils seront dans la rue vendredi pour réclamer un calendrier des chantiers avant mi-octobre et la mise en place d’une commission d’aide aux licenciés. Mais la mobilisation commence dès aujourd’hui pour les syndicats contre la réforme des retraites.

Chaque jour, des salariés licenciés, privés de revenus, viennent demander de l’aide aux syndicats. Déjà 10.000 emplois directs ont été supprimés dans le BTP. Les syndicats s’attendent aujourd’hui à ce que les grandes entreprises se mettent à « dégraisser », car il n’y a plus de chantiers. Jacky Balmine, secrétaire général de la CGTR BTP, craint une année 2011 encore plus dramatique. Au point que salariés et patrons en viennent pour la première fois à une mobilisation commune.
Toute la profession, les géomètres, architectes, bureaux d’études, chefs d’entreprise et salariés seront donc côte à côte dans la rue ce vendredi 10 septembre. « Un événement exceptionnel à La Réunion », reconnaît l’intersyndicale CGTR, CFTC, CFDT, FO et CGC.
Il n’a pas été simple de convaincre les salariés de manifester avec les patrons, ce qui a entraîné des « débats parfois très vifs », mais la situation, pour l’intersyndicale, ne se prête pas aux « états d’âme ».
Pierre Savigny, de la CFDT, insiste pour les salariés encore dubitatifs : « ils doivent défendre leur boulot, leur gagne-pain. Il faut qu’ils comprennent qu’il n’y a plus rien. Dans le bâtiment, il n’y a plus de boulot, plus de projet ».
L’intersyndicale est même d’avis que cette mobilisation commune aurait pu intervenir plus tôt. Mais « on ne vient pas le 10 septembre à l’appel des patrons, on est dans une continuité, après les 19 et 31 mai. Aujourd’hui on passe à la vitesse supérieure », précise Jacky Balmine. Et René Anélard, de la CFTC, d’ajouter que cette union ne remet pas en question les revendications salariales à venir.

Un calendrier de projets avant le 15 octobre

Hier en conférence de presse, l’intersyndicale a annoncé un ultimatum aux pouvoirs publics. Elle demande une « liste de projets, avec les montants, les dates, les emplois ». Un calendrier à fournir d’ici le 15 octobre. Passée cette date, la mobilisation pourrait se durcir, prendre des allures de « blocage de routes », préviennent les syndicats. Une motion sera déposée vendredi à la Préfecture, au Conseil Régional et au Département.
« L’attitude de Didier Robert est insupportable », déclare Pierre Savigny, évoquant l’arrêt des projets, tram-train et rocade Sud. Le plan de relance de la Région est pour sa part jugé insuffisant. « 300 millions d’euros, c’est du pipeau. On est à la merci d’une politique politicienne, des gens qui n’ont rien compris », poursuit Pierre Savigny. Pour l’intersyndicale, il ne reste plus grand-chose de ces 300 millions d’euros, déjà attribués au pont de la rivière Saint-Étienne et à la déviation de Saint-Joseph.
Par ailleurs, les syndicats demandent la mise en place d’une commission d’aide aux salariés victimes de licenciements. Une demande faite le 19 mai à la Préfecture et restée lettre morte. Les adhérents des syndicats, les salariés, et même les chômeurs, sont donc appelés à manifester avec les chefs d’entreprise ce vendredi, au départ du Jardin de l’État. Une conférence de presse commune aux syndicats de salariés et aux patrons devrait avoir lieu pour plus de précisions sur cette mobilisation unitaire.

Edith Poulbassia


Manifestation contre la réforme des retraites : « nous sommes confiants »

Aujourd’hui, début des travaux parlementaires sur le projet de réforme des retraites, et manifestation à l’appelle de l’intersyndicale CFDT, CFTC, Saiper, Solidaires, UNSA, FSU, CGTR, UNEF, UNL, CFE-CGC et FO. Les syndicats du BTP y seront aussi. « Nous sommes certains qu’il y aura beaucoup de monde, nous sommes confiants », déclare Jacky Balmine, de la CGTR. Pour l’intersyndicale du BTP, cette réforme ne tient pas la route. Comment allonger l’âge de la retraite alors que beaucoup sont au chômage ? Quelles entreprises sont prêtes à embaucher des travailleurs de plus de 50 ans dans le BTP ? Comment vont faire ceux qui ont commencé à cotiser tard à La Réunion ? La manifestation partira du petit bazar à Saint-Denis, de la place du marché forain à Saint-Pierre, à 9 heures ce matin.

EP


Kanalreunion.com