Luttes sociales

Un combat de longue haleine

Mobilisation de la CGTR Ports et Docks

Céline Tabou / 4 avril 2014

A l’occasion d’une réunion d’information devant le Port Est, les dockers de la CGTR Ports et Docks ont dénoncé la sanction prévue pour un salarié de la SOMACOM.C’était le moment aussi de faire le bilan de la situation de la SERMAT, après la publication des rapports financiers et organisationnel.

JPEG - 54.5 ko
La bataille pour l’emploi au Port continue.

Raphael Gossard, délégué CGTR du personnel à la SERMAT et co-trésorier de la Fédération Port et Docks, a expliqué qu’un des salariés de la SOMACOM était sous le coup d’une sanction, pour avoir invité le président de la SERMAT, Franck Doki-Thonon, à quitter les lieux de la SOMACOM. 

Dénoncer une sanction injuste

En effet, « le président de la SERMAT, Franck Doki-Thonon est dans les bureaux de la SOMACOM, payé par la SGM » a expliqué le syndicaliste. Le délégué syndical, Monsieur Thomas lui explique qu’il n’a pas à être dans les locaux de la SOMACOM et lui demande de quitter les lieux, a indiqué Raphaël Gossard.

Par la suite, la direction de la SOMACOM convoque le délégué syndical pour lui annoncer qu’il sera sanctionné, « c’est pourquoi nous avons organisé une réunion d’information ce matin à l’entrée du Port, afin d’évoquer cette annonce et faire le point sur la situation à la SERMAT », a indiqué ce dernier.

Depuis, une délégation de la SOMACOM a rencontré la direction afin d’exiger la levée de la sanction. Pour les syndicalistes, il s’agit d’un nouvel exemple du traitement des dockers par leurs employeurs, qui n’hésitent pas à « faire pression ».

La SERMAT, une situation en suspend

Concernant, la SERMAT, « nous avons eu trois réunions de CE, nous avons quitté la dernière réunion, la semaine dernière ». « Les patrons nous tournent cari sou d’riz, ce n’est plus possible d’y assister. Ils nous mentent », a dénoncé Raphaël Gossard.
Depuis plusieurs années, le personnel de la SERMAT tente de faire infléchir les patrons sur la gestion du GIE, dont le dysfonctionnement a été prouvé par le rapport, « une gestion mafieuse du Port », et une gestion douteuse des employés.

En janvier, Danio Ricquebourg, actuel secrétaire général de la Fédération CGTR Port et Docks avait démontré, preuve à l’appui, des « erreurs du passé » relevée par les deux expertises. « Cela montre que notre combat est juste depuis plus de 20 ans », avait alors affirmé Danio Ricquebourg. Parmi les erreurs citées, la mutualisation de la main d’œuvre bloquant tout le système de fonctionnement du port. Une certitude pour les experts, un Grand Port Maritime « est essentiel pour le développement de La Réunion » mais aujourd’hui comme les années précédentes, l’emploi des Réunionnais est menacé et le patronat joue le pourrissement pour conserver leurs marges de bénéfices.

 Céline Tabou  


Kanalreunion.com