Luttes sociales

« Un emploi, un salaire pour vivre dignement ! 

Le PCR présent au défilé du 1er mai à Saint-Denis

Correspondant Témoignages / 2 mai 2015

Selon Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR, plus d’un millier de travailleuses et travailleurs réunionnais ont participé ce vendredi 1er mai à Saint-Denis au traditionnel défilé de la Fête internationale du Travail organisé dans notre pays par plusieurs syndicats : CGTR, FO, FSU, UNSA et Solidaires. Cette intersyndicale a reçu le soutien d’autres organisations syndicales, associatives et politiques, notamment le Parti Communiste Réunionnais, représenté par une forte délégation et plusieurs de ses responsables, comme Yvan Dejean, Maurice Gironcel, Ary Yée Chong Tchi Kan, Élie Hoarau…

JPEG - 89.9 ko

Le défilé a commencé vers 10 heures 30 à la rue du Maréchal Leclerc, près du Ti-Bazar, et a rejoint la place de la préfecture deux heures plus tard après avoir emprunté la rue de Paris et celle de la Victoire. Il s’est déroulé dans une très bonne ambiance, avec des allocutions et des animations musicales très diverses autour du principal mot d’ordre de la manifestation, exprimé sur la première banderole : « Un emploi, un salaire pour vivre dignement ! »

Les manifestants se sont exprimés également dans des chants en français – comme ‘’l’Internationale’’ et ‘’Le chiffon rouge de la liberté’’ – mais aussi en créole, avec par exemple ces messages très forts : « Donn la zénèss travay ! Donn Kréol travay ! Nou lé pa pliss, nou lé pa moin, rèspèkt anou ! La Rényon nout péi ! ». De nombreuses pancartes et banderoles ont également été brandies pour faire passer les messages des syndicalistes, comme par exemple : « Travailleurs (es) unissons nous. Notre force pour l’avenir ».

« Nou tyinbo, nou larg pa »

Voici d’autres messages forts transmis aux patrons et aux autorités publiques : « Halte à la précarité, au harcèlement et aux licenciements », « Augmentation des salaires ! », « L’austérité ça suffit ! », « À bas la loi Macron ! »… D’autres mots d’ordre peuvent être cités, y compris ceux exprimés par les manifestants sur leur tee-shirt : « Pas nés pour subir », « Lutter plus pour gagner plus. Nou tyinbo, nou larg pa », « Donn Kréol travay »…

Toutes ces revendications et orientations militantes ont été reprises par les divers intervenants syndicaux (UNEF, UNSA, FO, SAIPER, CGTR, FSU) lors des discours prononcés devant la préfecture. Ces interventions ont mis l’accent en particulier sur « l’importance des luttes à mener ensemble contre le chômage et les bas revenus » ainsi que sur « le renforcement de la solidarité internationale ».

Hypocrisie

Les responsables syndicaux ont aussi dénoncé « le déficit de la démocratie dans notre pays », « l’absence d’harmonie sociale », « les nombreuses discriminations » et « les carences du dialogue social ». L’un d’eux a dit « non à une union de la Gauche aux élections régionales avec des pro-makro-Macron et des anti-makro-Macron, oui à une union pour combattre le capitalisme et un projet de loi au profit du capital ».

Face à une députée de l’Ouest présente à ce défilé, les dirigeants syndicaux ont lancé un appel important : « ne cherchez pas à diviser le peuple réunionnais, soyons unis pour défendre les intérêts de notre peuple et notamment des plus pauvres ». Un appel conforté par un responsable communiste, Denis Irouva, qui a ensuite chanté ‘’l’Internationale’’ avec le public devant la préfecture en conclusion de cette manifestation.

JPEG - 56 ko
JPEG - 83.8 ko
Une partie de la délégation du PCR : Yvan Dejean, Maurice Gironcel, Elie Hoarau et Ginette Sinapin.
JPEG - 70.7 ko
Plusieurs responsables communistes dans la manifestation, dont Ary Yée Chong Tchi Kan et Denis Irouva.
JPEG - 83 ko
JPEG - 70.6 ko
Ivan Horeau, secrétaire général de la CGTR.
JPEG - 69.3 ko
Eric Marguerite, secrétaire départemental de FO.
JPEG - 60.2 ko
Maloya.


Kanalreunion.com