Luttes sociales

« Un journaliste n’est pas un auto-entrepreneur ! »

Communiqué de la section Réunion du SNJ

Témoignages.re / 9 novembre 2011

Dans le cadre de la journée mondiale "Stand up for journalism" organisée par la Fédération internationale des journalistes, le Syndicat national des journalistes tient à rappeler quelques règles sur le statut de journaliste.

Sur le thème "Debout pour la défense du journalisme" abordé lors de la journée mondiale "Stand up for journalism", « le SNJ 974 rappelle à tous les journalistes et tous leurs employeurs que le statut d’auto-entrepreneur n’est pas compatible avec l’exercice de la profession. Ce statut envisagé pour des collaborateurs rémunérés à la pige prive ces derniers de nombreuses garanties notamment en cas d’accident, de maladie, de rupture de contrat, et leur dénie toute protection face aux pressions sur l’information. Il les prive également de carte de presse.
À La Réunion, de nombreux employeurs effectuent un véritable chantage du type « Je vous emploie comme journaliste, mais vous vous déclarez indépendant (ou auto-entrepreneur) ». En suggérant que les journalistes, souvent jeunes et inexpérimentés, doivent payer eux-mêmes les assurances de santé et de retraite. Dans la pratique, ceux-ci n’ont pas les moyens de s’assurer et il s’agit tout simplement de travail dissimulé, puni par la loi.
Le SNJ 974 s’élève vigoureusement contre ces pratiques et avertit qu’il n’hésitera pas à transmettre aux organismes sociaux et à l’inspection du travail les noms de ces pseudo-employeurs. Le SNJ 974 invite les médias -particulièrement ceux du service public- à refuser programmes et collaborations à caractère journalistique réalisés par des sociétés de production faisant travailler des auto-entrepreneurs, au lieu de salarier des journalistes. Il invite tous les journalistes confrontés à ce dilemme à consulter le site www.snj.fr et à se faire connaître à la section SNJ de La Réunion (snjreunion@orange.fr) ».


Kanalreunion.com