Luttes sociales

Un « mépris » vis-à-vis des Réunionnais

Pas de discussion avec les manifestants

Céline Tabou / 17 octobre 2013



JPEG - 589.8 ko
À son arrivée, Claudine Ledoux, l’ancienne maire de Charleville-Mézières, n’a pas eu un regard ni un mot pour les manifestants.

Arrivée à l’Hôtel Le Créolia, la nouvelle ambassadrice Claudine Ledoux a été huée par la foule lors de son passage. Sans un mot, elle s’est rendue dans la salle de conférence, afin de présenter le rapport sur la coopération régionale dans l’océan Indien. Une « attitude qualifiée de méprisante » par les manifestants et également contestée par Gilles Leperlier qui dénonce une « humiliation », « une provocation envers la population réunionnaise ».

« Nous avons encore vu une démonstration ce matin quand madame Ledoux est arrivée. Elle n’est même pas venue saluer les manifestants. Elle n’est pas venue échanger avec nous, alors que cela aurait été l’occasion pour nous d’échanger sur nos positions et sur nos revendications, mais aussi de lui expliquer la situation réunionnaise », a commenté le jeune homme.

Pour ce dernier, face au contexte économique et social de l’île, « la question de la priorité à l’embauche des Réunionnais n’est pas une question de personne, mais c’est bien une question de principe. Parce qu’à chaque fois, qu’il y a un poste à responsabilité qui est disponible, malgré le fait qu’il y a des Réunionnais, nous devons à chaque fois interpeller les médias et l’opinion, nous mobiliser pour que les Réunionnais puissent avoir leur chance. C’est bien une question d’égalité des chances, face à l’emploi qui est disponible à La Réunion ».

  C.T.

La responsabilité de François Hollande mise en avant

• Gilles Leperlier a évoqué la promesse de François Hollande, lors de la campagne présidentielle. « Le chef de l’État, alors candidat était venu à La Réunion, pour nous dire de ne plus nous inquiéter, car quand il sera président, il y aura la priorité à l’embauche des Réunionnais. Ce n’est pas normal que ce ne soit pas un Réunionnais ou une Réunionnaise qui occupe les postes disponibles à La Réunion. Je crois qu’il avait même dit qu’il n’y a rien de mieux qu’une personne de l’océan Indien pour défendre les intérêts de l’Océan Indien ».

« Malgré ce discours, malgré la victoire et malgré le fait que plus de 70% des Réunionnais ont fait confiance à François Hollande pour la présidentielle, malgré ça, il a nommé une personne de l’extérieure pour occuper le poste d’ambassadrice de l’océan Indien ». Le jeune homme a également précisé : « François Hollande n’est pas trop loin. Il est en Afrique du Sud, à deux heures d’avion de La Réunion. Et malgré tout, il ne vient pas nous voir. Parce qu’il sait qu’entre ce qu’il a dit et ce qu’il a fait, il y a une différence. Il sait qu’il a menti aux Réunionnais et Réunionnaises. Il sait qu’il n’a pas respecté son contrat avec la population réunionnaise ».
Nouveau report du Rapport Lebreton

• « Vendredi à 15h30, Monsieur Lebreton qui a été nommé par le chef de l’État et le gouvernement, pour mener une mission sur la priorité à l’embauche des Domiens dans leur territoire », a exposé Gilles Leperlier. Ce dernier a ajouté que cette mission était « pour que les postes qui sont disponibles dans la zone et dans les DOM n’échappent pas à un Domien ». « Alors qu’il va rendre son rapport vendredi à Saint-Joseph, c’est l’ambassadrice qui la veille va accueillir le Ministre des Outremers. Le gouvernement nomme comme ambassadeur, une personne de l’extérieure, et il y a des chances pour que ce soit Claudine Ledoux qui prenne le rapport avec Patrick Lebreton, sur la priorité à l’embauche des Réunionnais, à côté du Ministre des Outremers. Jusqu’à quand va-t-on se laisser faire », a conclu Gilles Leperlier. Deux heures après la mobilisation, le cabinet du Ministre des Outremers a annulé la présentation du Rapport Lebreton sur l’emploi des Ultra-marins sur leur territoire, prévue vendredi 18 octobre à 15h30.


Kanalreunion.com