Luttes sociales

Un mois de septembre qui promet

Mobilisations sociales

Témoignages.re / 6 août 2010

Le calme de cette période de vacances n’est peut-être qu’apparent. Les associations, syndicats et partis politiques préparent plusieurs manifestations pour le mois de septembre. Reste à voir si le gouvernement saura entendre les revendications et protestations de la population.

Une rentrée avec pas moins de trois manifestations programmées par un front d’associations, de syndicats et de partis politiques. Le mois de septembre promet d’être mouvementé. Les déclarations du Président Sarkozy sur les « Français d’origine étrangère », la réforme des retraites et la politique européenne de rigueur sont les raisons de la grogne sociale.

Le 4, « appel citoyen » contre la xénophobie du gouvernement

C’est tout frais. La ligue des Droits de l’Homme annonce qu’une manifestation pour faire face à « la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité » aura lieu le samedi 4 septembre place de la République à Paris, manifestation qui pourrait se décliner à l’échelle locale. La date choisie est symbolique, il s’agit du 140ème anniversaire de la IIIème République, qui met en place les grands principes de la République, dont la devise française « liberté, égalité, fraternité ». Dans un communiqué commun, une cinquantaine d’associations, de syndicats et de partis politiques dénoncent « une avalanche de discours et d’annonces provocatrices » qui, jusqu’à présent, étaient l’apanage de l’Extrême droite. Et le communiqué poursuit : « Le président de la République, lui-même, montre du doigt des communautés et des groupes sociaux entiers, stigmatise les Roms, les Gens du voyage, les étrangers, les Français qui ne sont pas “de souche”, les parents d’enfants délinquants, etc. Ce faisant, il ne lutte en rien contre la délinquance, qui est répréhensible pour tout individu sans distinction de nationalité ou d’origine : il met délibérément en cause les principes qui fondent l’égalité républicaine, alors que, déjà, une crise sociale et économique d’une extrême gravité menace la cohésion de la société tout entière ». Pour ces organisations, le président de la République a franchi un seuil qui constitue une atteinte à la paix civile.
Parmi les signataires de cet appel à la manifestation, on retrouve le CRAN, l’Association nationale des Gens du voyage catholiques, l’Association républicaine des anciens combattants, Emmaüs, SOS Racisme, la CGT, la FSU, le CFDT ou encore le PCF, le PS, Europe écologie.

Le 7, manif contre une réforme « injuste » des retraites

Les syndicats ne cessent de le répéter et le diront encore le 7 septembre dans la rue. Ils ne veulent pas du projet de réforme « injuste » des retraites, l’un des plus durs d’Europe, selon les syndicats.
Le mardi 7 septembre marque l’ouverture du débat à l’Assemblée nationale. L’intersyndicale CFTC-CGTR-FO-UIR-CFDT-UNSA-FSU–SOLIDAIRES–UNEF-UNL, comme partout en France, prépare cette journée de mobilisation en distribuant des tracts et en organisant des réunions d’information et des débats, dont le prochain sous forme de pique-nique et d’animations au Parc du 20 Décembre à Saint-Leu le samedi 21 août. Le recul des âges légaux de la retraite à 62 ans et 67 ans, les 41,5 ans de cotisation, l’alignement du public sur le privé, la non prise en compte de la pénibilité, de la difficulté d’accès à l’emploi pour les jeunes et les seniors, l’atteinte au système de répartition, aux conditions de retraite des femmes... sont autant de raisons avancées par les syndicats pour s’opposer fermement à la réforme imposée par le gouvernement.

Le 29, manif contre une Europe de l’austérité

La France n’est pas la seule concernée par les plans de rigueur. La Confédération européenne des syndicats (CES) organise une euro-manifestation à Bruxelles le mercredi 29 septembre, ce qui donnera aussi lieu à des actions au niveau national. Une manifestation « contre l’Europe de l’austérité et de la précarité, pour l’Europe de l’emploi, de la justice sociale et de la solidarité ». La CES estime en effet que les mesures d’austérité des gouvernements vont conduire l’Europe vers la récession et l’augmentation du chômage. « La crise financière a plongé l’Europe dans la pire situation que nous ayons eu à connaître depuis les années 1930. 23 millions de chômeurs en Europe, des millions de citoyens européens qui sont fragilisés, précarisés et une tension sociale qui grandit un peu partout. Face à cette situation, la seule réponse des gouvernements européens est d’adopter des mesures d’austérité qui vont également affecter la solidarité sociale et la croissance », affirme la CES. Pour une Europe plus sociale, la CES demande la garantie d’un salaire décent, des emplois de qualité et stables, ou encore une protection sociale forte, la protection du pouvoir d’achat. Pour une croissance durable, elle revendique l’instauration d’une taxe sur les transactions financières pour une politique publique d’investissement ou encore une transparence fiscale pour éviter le dumping social.

EP



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Les forces progressistes ne devraient pas se limiter à des actions défensives sur les retraites, dans le cadre d’un agenda défini par Sarkozy et le MEDEF. Mais au contraire passer à l’offensive en indiquant clairement où sont les priorités sociales. Les Français n’ont pas besoin de travailler plus longtemps, mais de travailler tous. C’est le sens de l’appel « Retraites, Chômage : Arrêtons la désinformation ! » signé par 700 syndicalistes, économistes ou simples citoyens que vous trouverez sur le site http://www.retraites-enjeux-debats.org/

    Ce site à vocation pédagogique est destiné à ceux qui souhaitent se clarifier les idées sur les retraites et sur les causes du chômage de masse. Vous y trouverez des diaporamas, des argumentaires, une sélection d’articles sur les retraites, des liens vers d’autres sites utiles.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com