Luttes sociales

Un pont entre la personne handicapée et le monde de l’emploi

“Un jour, un métier en action”

Jean Fabrice Nativel / 17 novembre 2010

L’action “Un jour, un métier en action” permet à une personne handicapée d’être en contact avec le milieu du travail, comme Lucie De Guigné rencontrée hier matin à la Bibliothèque départementale de prêt.

À la présentation d’“Un jour, un métier en action”, volet de cette 14ème Semaine pour l’emploi des personnes handicapées (1), on était invité hier matin à la Bibliothèque départementale de prêt (rue Jean Chatel à Saint-Denis). Cette structure du Conseil général est l’un des services publics qui ont pris part à cette initiative. Pour une période déterminée, elle compte en son équipe une nouvelle recrue, Lucie De Guigné, tout heureuse de remettre un pied dans le monde du travail après 5 années. D’ailleurs, cette bibliothèque a déjà reçu « 2 — femmes — stagiaires de CAPemploi », informe Laurence Macé, la directrice.

“Un jour, un métier en action” se veut « l’action phare de cette Semaine » — pour l’emploi des personnes handicapées —, éclaire Sophie Tiano, déléguée régionale du FIPHP (2). « 20 » d’entre elles se trouvent actuellement accueillies soit dans une entreprise privée, soit dans un établissement public. Une riche expérience pour elles.

Sur la voie de leur insertion professionnelle, elles peuvent compter sur le soutien de l’équipage de CAPemploi. Leur feuille de route : « informer », « conseiller », « accompagner en vue d’une insertion professionnelle », « mobiliser l’employeur pour l’embauche d’une personne handicapée », « sensibiliser » et « suivre le salarié »… transmet Betty Hoareau, conseillère en emploi-formation.

Le travail mené pour l’emploi de la personne handicapée commence à porter ses fruits. Elle vient aujourd’hui solliciter les organismes — ce qui n’a pas toujours été le cas. Une grande avancée notée, quand on sait que pour elle, affronter le monde extérieur — surtout le regard — n’est pas chose facile. À nous aussi, personnes soi-disant valides, de changer également notre regard sur eux ! On a beau chercher ce qui pourrait nous différencier de Lucie De Guigné, on n’en trouve pas !

En bref, “Un jour, un métier en action” vise à sensibiliser le grand public sur la personne handicapée et à faire le “pont” avec les employeurs. Sur ces deux points, la satisfaction est au rendez-vous.

Texte et photos Jean-Fabrice Nativel

(1) Du 15 au 21 novembre 2010.
(2) Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique.


Lucie De Guigné

« Je découvre le monde de la bibliothèque, tout me plaît »

« Je me sens bien », cette phrase résume l’état d’esprit de Lucie De Guigné. À « 53 ans » et après « 5 années », elle remet un pied dans le monde du travail. Depuis quelques semaines, elle alterne ses journées entre « l’accueil, le dépôt légal, la salle de lecture, la salle d’animation » de la Bibliothèque départementale de prêt, participante à “Un jour, un métier en action”.
« Je découvre le monde de la bibliothèque, tout me plaît », confie-t-elle. Là où l’on a besoin d’elle, elle est sollicitée, comme la « première semaine avec les enfants ». Elle se dit « polyvalente » et relève que « le personnel est vraiment patient » avec elle pour ses débuts dans cette structure — avant, elle était agent d’entretien au Conseil général.
Son souhait aujourd’hui est d’« avoir un travail dans ce domaine ». Sur cette note d’espoir, elle est allée répondre aux sollicitations des médias.


• 1.823 DETH
1.823 : c’est le nombre de demandeurs d’emploi travailleurs handicapés (DETH), fin juin 2010, enregistré dans l’île de catégorie A, B, C (+4,8% en 1 an), soit 1,5% de l’ensemble des demandeurs d’emploi à La Réunion.

• Les partenaires
Les partenaires d’“Un jour, un métier en action” sont : l’AGEFIPH (Association pour la gestion, la formation et l’insertion des personnes handicapées), la Caisse des dépôts et consignation, le CAPemploi, la Direction du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique.

• Ils ont joué le jeu

- Les collectivités territoriales : Conseil général, Mairie de Bras-Panon, Mairie de Saint-Denis, Mairie de Trois-Bassins.

- Le secteur associatif : AMAFAR.

- Le secteur privé : AD2R, Banque de La Réunion, Clinique Durieux, Leader Price Lam Thow, Nestlé France, Score Trois-Mares.

- Le secteur public : RFO.

- Le secteur public-administratif : Préfecture, Rectorat.


Les 5 grandes familles de handicap

Moteur : recouvre l’ensemble des troubles pouvant entraîner une atteinte partielle ou totale de la motricité, notamment des membres supérieurs et/ou inférieurs.
Visuel : concerne l’ensemble des personnes malvoyantes et aveugles. Dans certains métiers ou fonctions, le daltonisme peut être considéré comme un handicap.
Auditif : recouvre à la fois la perte auditive et les déficiences auditives. La plupart des déficients auditifs sont des malentendants auxquels des prothèses apportent une réelle amplification.
Psychique : peut prendre des formes très diverses. Il possède toutefois certaines spécificités. Le handicap est la conséquence d’une maladie psychique (trouble anxieux, dépression, psychose, schizophrénie…) qui peut apparaître à tout âge. Il peut se traduire par des troubles du comportement.
Mental et cognitif : est la conséquence d’une déficience intellectuelle, telle que la trisomie ou l’autisme. De plus, les maladies respiratoires, digestives, parasitaires, infectieuses, métaboliques, comme le diabète, l’hémophilie ou la sclérose en plaques, peuvent entraîner des déficiences, appelées maladies invalidantes.


Kanalreunion.com