Luttes sociales

Un protocole d’accord signé

Grève à la Région

Témoignages.re / 19 novembre 2009

À l’issue de 3 heures de négociations un protocole d’accord a été signé hier entre le Conseil régional et les syndicats concernant l’augmentation de l’indemnité d’administration et de technicité. « L’intersyndicale et la Région s’accordent sur la nécessité d’une mise en place immédiate d’un plan de rattrapage du régime indemnitaire », indique le document. Un groupe de travail sera mis en place pour discuter de « l’effort significatif » qui sera appliqué au montant de l’indemnité au « 1er janvier 2010 ». La grève est terminée.

Pour l’intersyndicale, cet effort significatif est évalué à 100 euros d’augmentation quelles que soient les catégories concernées. Sur ce point, Raymond Mollard a nuancé la position de la Région : « c’est justement pour discuter de la validité de ce montant qu’un groupe de travail sera mis en place »
. À l’appel de l’intersyndicale (SGPEN-CGTR, CGTR, UNATOS-FSU, SDU-CLIAS-FSU, la CFDT, SAFPTR), une centaine d’agents — sur les 1.300 en poste —, étaient en grève.


« Le mouvement des salariés de la Région est juste et nous le soutenons. La manifestation d’aujourd’hui est la preuve que les négociations ont échoué et qu’il faut reprendre au plus vite les discussions », commentait, au début de la manifestation, Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR. Les agents de la collectivité territoriale réclament une augmentation du montant de l’indemnité d’administration et de technicité.

 « À la Région, cette indemnité est de 53 euros pour certains agents, elle est de 240 euros au Conseil général pour les salariés de même catégorie et de 540 euros dans certaines Régions de métropole. Nous ne demandons pas autant tout de suite, mais simplement un début de revalorisation. La Région ne nous écoute pas et refuse d’entendre nos arguments », regrette Christian Picard, dirigeant de la FSU. 


Il faut en effet savoir que le traitement de base des agents de la Région est majoré par rapport à celui de leurs collègues de France, ce qui n’empêche pas le versement de primes. Lors d’une conférence de presse lundi dernier, la Région rappelait en effet qu’« à grade égal, un agent à La Réunion perçoit un salaire supérieur de plus de 500 euros. En moyenne, l’agent de la Région Réunion perçoit un salaire brut de 1.980,34 euros contre 1.472 euros en métropole. C’est la conséquence d’une sur-rémuneration de 53% ».
La politique du Conseil régional est de « favoriser la titularisation du plus grand nombre d’agents » à une augmentation de l’indemnité d’administration et de technicité.
« C’est un faux débat. Nous avons perdu assez de temps, la Région se doit de répondre aux revendications de ses agents et ne pas se contenter de noyer le poisson dans une grande réflexion contre la précarité », soulignait Ivan Hoareau.

 Le secrétaire général de la CGTR prenait soin d’ajouter qu’il veillerait « à ce que le mouvement ne soit pas politiquement récupéré » par la Région ou ses adversaires « à l’approche des Régionales ». Reconnaissant qu’une grève au Conseil régional soutenue par la CGTR est un événement inédit, Ivan Hoareau notait : « il faut bien une première à chaque chose ».


Kanalreunion.com