Luttes sociales

Unanimité sur la priorité à l’embauche des Réunionnais

Manifestation devant le Créolia

Témoignages.re / 17 octobre 2013

Alors que l’INSEE vient de publier ses chiffres, « la situation s’aggrave de jour en jour », a alerté Gilles Leperlier qui a précisé que plus de 165.000 personnes sont à la recherche d’un emploi. Ce qui représente un taux de chômage record de 28,5% dont 56,2% des moins de 25 ans.

JPEG - 565.4 ko
La matinée a été un long face à face entre manifestants et policiers qui filtraient l’accès à la conférence.

Lors de cette mobilisation, plusieurs élus ont pris la parole au micro de l’AJFER-Nou Lé Kapab, afin de soutenir la manifestation, comme Patrick Erudel, conseiller général, représentant du Conseil général, Roland Robert, vice-président au Conseil général, Patricia Robert, représentante du Conseil régional, et Paul Vergès, sénateur. Ils se sont accordés sur la priorité à l’embauche des Réunionnais, car « si un poste vaut à un Réunionnais, à compétence égale, il faut choisir un Réunionnais », a précisé Patricia Robert.

Cependant, «  aujourd’hui, on constate que les élus ne sont pas là. On a quand même eu le soutien de certains élus, notamment M. Erudel, M. Robert et M. Paul Vergès qui ont soutenu notre mobilisation  », a noté Gilles Leperlier. Pour lui , «  malgré tout, la majorité des élus, qui se sont exprimés, ne sont pas là ce matin. C’est encore une fois la preuve qu’entre ce que l’on dit et ce que l’on fait, il y a un écart. Mais en tout cas, il est important pour nous de mener la lutte pour essayer de changer les choses ».

De leurs côtés, des membres de la commission Femmes du PCR ont réaffirmé connaître «  la valeur et les capacités des Réunionnais  » et face à ce qu’elles jugent comme «  une humiliation  », beaucoup se sont fortement exprimées : «  Done kréol travay  ! ».

Lors de l’une de ses prises de parole, le président de l’AJFER-Nou Lé Kapab a rappelé les nombreuses mobilisations menées pour l’emploi local, comme à la centrale EDF du Port, à la direction de l’AGORAH, ou récemment la relance de la candidature de directeur pour le Conseil National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) : «  si on n’était pas monté au créneau, si on n’avait pas mené la mobilisation, ça aurait été une personne de l’extérieure pour occuper le poste ».

Il a aussi rappelé les promesses de campagne de François Hollande, lors de sa venue à La Réunion, en avril 2012 : «  le chef de l’État, alors candidat était venu à La Réunion, pour nous dire de ne plus nous inquiéter, car quand il sera président, il y aura la priorité à l’embauche des Réunionnais. Ce n’est pas normal que ce ne soit pas un Réunionnais ou une Réunionnaise qui occupe les postes disponibles à La Réunion. Je crois qu’il avait même dit qu’il n’y a rien de mieux qu’une personne de l’océan Indien pour défendre les intérêts de l’océan Indien ».

C.T.


Kanalreunion.com