Luttes sociales

Une décision incompréhensible

Des enseignants-stagiaires réunionnais affectés en France

Témoignages.re / 16 mars 2010

Une trentaine d’enseignants-stagiaires réunionnais de l’enseignement professionnel affectés dans les Académies de Versailles et Créteil ont été reçus par la députée-maire Huguette Bello.

Ces jeunes lauréats, qui viennent d’obtenir le concours de professeur de lycée professionnel (PLP) de vente ou de maths sciences, sont affectés dans les Académies de Versailles ou de Créteil.

« On le sait qu’en passant ce concours qui est national, on risque de partir, cependant, on sait aussi qu’il y a des postes à pourvoir ici lors de nos stages, alors pourquoi nous envoyer en métropole ? », tel est le cri du cœur des ces jeunes professeurs qui veulent se faire entendre.

« Qui sont les plus à même de comprendre nos élèves réunionnais que nous ? On se reconnaît à travers eux, ils sont majoritairement créolophones et nous pouvons mieux communiquer avec eux ».

Pour Mme Bello, cela n’est pas concevable, c’est une catastrophe car l’Éducation nationale est le cœur battant de la République. « Comment peut-on supprimer des postes alors que notre département compte plus de 120.000 illettrés ? On retourne en arrière, à l’heure du développement durable, je voudrais que se soit l’Homme qui est durable tout simplement. Nous mettrons tout en œuvre pour qu’il y ait réparation face à cette injustice ».

M. Pradel Jean-Louis et M. Jérôme Motet du Syndicat national des lycées et collèges (SNALC) soulignent que ces postes existent à La Réunion. « Pourquoi ne pas favoriser nos jeunes qualifiés sur ces poste ? Les contractuels coûtent moins cher, on le sait, faut-il rester contractuel pour rester exercer à La Réunion ? A quoi sert un concours et quelle est sa valeur ? Cela est incompréhensible ».
« Cependant, nous demandons que La Réunion ne soit traiter ni plus ni moins que la Guadeloupe », rajoute M. Pradel, « car il faut savoir qu’ils ont obtenu que tous leurs nouveaux professeurs restent enseigner dans leur département ».

Un rendez-vous de travail sera demandé au recteur par Mme Bello pour la semaine prochaine pour appuyer ce dossier dont des négociations avec le Rectorat et le Ministère sont déjà en cours.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Je suis pour que les Réunionnais travaillent à la Réunion. Mais pour ces jeunes professeurs, tout serait trop facile si en première affectation il avaient la Réunion. Moi j’ai passé un concours dans la fonction publique, je suis resté seize ans en Métropole avant de revenir. Ma fille est professeur des écoles depuis onze ans en Métropole et malgré les nombreuses mutations annuelles en provenance de la Métropole, elle est restée sur le carreau. J’ai un fils qui lui est dans l’Administration Pénitentiaire en Métropole depuis huit ans, je lui ai dit de patienter, qu’un jour sa chance viendra. C’est pour cela que je pense qu’il faut que les fonctionnaires d’Etat, même étant originaires de la Réunion ou y ayant passé le concours, fassent un peu de Métropole avant de déposer définitivement les valises à la Réunion.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com