Luttes sociales

UNEF : « Garde à vue : une dérive de plus pour faire taire la jeunesse »

Garde à vue d’Alexis Chaussalet

Témoignages.re / 17 février 2011

Dans un communiqué, l’UNEF réagit suite à la garde à vue d’Alexis Chaussalet, secrétaire fédéral de l’UNL.

Ce jeudi 17 février 2010, le représentant fédéral de l’UNL Alexis Chaussalet a été placé en garde à vue. Le jeune représentant des lycéens, qui a organisé et coordonné les différentes manifestations des élèves de l’île, a été emmené à la gendarmerie du Tampon à 6heures30 ce matin avant d’être transféré dans les locaux de la brigade de Saint Pierre.

Trois chefs d’accusation sont retenus à son encontre : entrave à la liberté de circulation, vol en réunion (s’agissant des bidons d’un chantier), et outrage à agent de la gendarmerie.

La manifestation contre les suppressions de poste dans l’éducation nationale a pris de l’ampleur depuis le début de la semaine. Hier encore, syndicats de professeurs, parents d’élèves, lycéens et étudiants étaient réunis pour dénoncer cette casse du système éducatif. Les nombreuses suppressions de poste auront des conséquences néfastes sur l’encadrement scolaire et nous entendons bien continuer à dénoncer les coupes budgétaires.

Suite à la pression exercée par les lycéens, étudiants, syndicats de salariés et élus ce matin devant la gendarmerie du tampon, Alexis Chaussalet a été libéré vers 10h30. Cette arrestation brutale a suscité l’indignation et colère de la jeunesse réunionnaise. La forte mobilisation dans les rues du centre ville du Tampon témoignent du fort mécontentement populaire et de la volonté de sauvegarder ce droit démocratique qu’est la manifestation.

Force est de constater que les gendarmes ont tenté d’intimider et de faire pression sur la jeunesse lycéenne de l’île, qui commençait à gonfler les rangs de la manifestation contre les suppressions de poste.

L’UNEF Réunion dénonce les dérives sécuritaires exercées par les autorités et affirme que les étudiants et les lycéens continueront à lutter pour préserver, non seulement le droit d’expression et de manifestation, mais également marquer leur vive opposition aux suppressions de poste au sein du département.

L’UNEF revendique le droit de manifester et condamne fermement les diverses formes de répression dont sont victimes les jeunes lycéens de l’académie.

L’UNEF appelle tous les étudiants, partenaires sociaux et élus politiques, ainsi que l’ensemble des lycéens à se mobiliser lors d’un rassemblement ce lundi 21 Février 2011, à 9h devant le lycée Roland Garros au Tampon.
La première organisation étudiante du département demande aux autorités l’abandon de toutes les poursuites judiciaires actuellement retenues à l’encontre du responsable de l’UNL. Les autorités devront assumer les conséquences de leur acte. Nous réaffirmons notre soutient aux lycéens et nous exprimons notre entière solidarité vis-à-vis du mouvement actuel.

Pour l’UNEF Réunion,
Stéphane Maillot, Vice-Président de l’UNEF


Kanalreunion.com