Luttes sociales

Vers une baisse des salaires dans trois mois ?

La menace pour des dizaines de milliers de travailleurs

Témoignages.re / 24 septembre 2011

À La Réunion, des dizaines de milliers de travailleurs pourraient être concernés par une baisse des salaires. La cause n’est pas le plan de rigueur, mais l’intransigeance d’organisations patronales qui refusent de maintenir le bonus COSPAR.

En 2009, la mobilisation de la population autour de la plate-forme revendicative du COSPAR permet d’arracher plusieurs avancées. L’une concerne les salaires. En juin 2009, c’est la signature de l’accord salarial qui prévoit le versement d’une prime de 50 euros, en supplément du RSTA de 100 euros versé par l’État aux travailleurs payés en dessous de 1,4 SMIC.
Autour de la table : les syndicats et le MEDEF. En juillet 2009, l’État décide ensuite d’étendre cet accord à toutes les entreprises. La CGPME refuse cette application et dépose un recours. En juin dernier, le Conseil d’État a rejeté le recours, confirmant l’application de l’accord salarial dans toutes les entreprises. Cela signifie que les travailleurs qui ont un salaire inférieur à 1,4 SMIC ont droit à un bonus de 50 euros en plus de l’aide de l’État.
Dans un peu plus de trois mois, cet accord arrive à son terme, la crainte est le refus du patronat de prolonger le versement des 50 euros.
C’est par voie de presse que les syndicats ont appris que Yann De Prince, président du MEDEF-Réunion, n’entendait pas prolonger l’existence du bonus.
C’est toujours dans la presse que les acteurs économiques ont appris que le dirigeant du MEDEF cherche maintenant à négocier un bonus COSPAR au rabais : entre 25 et 40 euros au lieu de 50.
Loin de correspondre à l’évolution du coût de la vie, la proposition de Yann De Prince est une perte de pouvoir d’achat pour les travailleurs, car elle correspond à une baisse de salaire.
Il reste un peu plus de trois mois pour que le patronat entende la voix de la raison.


Kanalreunion.com