Luttes sociales

Vers une bouteille de gaz à 15 euros

Première victoire de la mobilisation

Témoignages.re / 7 février 2012

Hier lundi 6 février 2012, dans l’après-midi, après une journée de grogne des transporteurs et plus de deux heures de réunion au siège de la DEAL (Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement) à Saint-Denis sur la problématique du prix des carburants, une première proposition a été formulée aux transporteurs et aux représentants des associations des consommateurs.

La grogne des transporteurs avaient commencé dès le début de la matinée. Après s’être rassemblés au Port face au Halle des manifestations, des dizaines de camions se sont dirigés vers Saint-Denis. Pour les manifestants « ce n’est pas un blocage des routes que nous voulons, c’est manifester notre colère contre un mauvais coup porté à notre pouvoir d’achat » avait alors expliqué le transporteur Jean-Bernard Caroupaye.

Les manifestants réclament une baisse de 25 centimes pour tous sur le prix de l’essence et la mise en vente de la bouteille de gaz à 15 euros au lieu de 21,76 euros actuellement. C’est la hausse des prix des carburants depuis le 1er janvier qui a déclenché la colère des usagers. Une table ronde sur ces prix était prévue à 10 heures à Saint-Denis entre l’État, le Conseil régional, les pétroliers et tous les autres acteurs de la filière, afin d’expliquer le mécanisme de formation des prix et de réfléchir à d’éventuelles baisses des tarifs. C’est pour peser sur ces négociations que le mouvement de protestation est organisé.

Absence des décideurs

Hier matin, les transporteurs, les associations de consommateurs (ARCP, Roulpanou et Momon papa lé la) et les autorités s’étaient réunis lors d’une table ronde dans les locaux de la DEAL (Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement) à Saint-Denis. Table ronde qui n’aura duré en tout et pour tout que quinze minutes. En cause : l’absence de Didier Robert, président de Région, et de Nassimah Dindar, présidente du Conseil général, alors que les transporteurs avaient demandé qu’ils soient tous deux présents. « On avait fourni une liste des personnes que l’on désirait voir à cette table ronde. Didier Robert et Nassimah Dindar en faisaient partie et jouent à la politique de la chaise vide. Ils ne peuvent pas déléguer leur responsabilité à des représentants. On se sent méprisé aujourd’hui », s’insurgeait alors Jean-Bernard Caroupaye, président de la FNTR (fédération nationale des transports routiers).


Après cette rencontre houleuse lors de la table ronde et le blocage de la circulation sur le Barachois à Saint-Denis pendant près d’une heure pour réclamer une audience auprès du préfet, les transporteurs et représentants de trois associations de consommateurs ont repris la route aux alentours de 12h40.

Un rendez-vous attendu

Le préfet Michel Lalande avait enfin répondu à leur demande et était venu à leur rencontre devant les grilles de la préfecture et s’était adressé directement à eux. C’est cette prise de parole qui a été à l’origine du déblocage des voies de circulation. Une nouvelle table ronde entre tous les acteurs de la filière carburants a été prévue dans l’après-midi.

C’est cette table ronde qui a permis une première solution, la proposition porte sur le prix d’une bonbonne de gaz à 15 euros et d’une baisse de 5 à 6 centimes sur le prix des carburants pour les transporteurs. Après s’être concertés à l’abri des regards, ces derniers n’auraient pas encore donné leur accord. Les négociations se poursuivent. Pour rappel, après avoir claqué la table ronde ce matin, une délégation de transporteurs était retournée vers 15h20 à la table des négociations, qui cette fois se tient en présence de Didier Robert, président de la Région, et Nassimah Dindar, présidente du conseil général. Le préfet Michel Lalande était également de la partie.

C’est aux alentours de 17 heures 30 que Nassimah Dindar, présidente du Conseil général, est venue annoncer les modalités de cette première proposition. Une proposition qui porte, selon l’expression de la présidente de la collectivité, sur une baisse du prix de la bouteille de gaz « pour que tous les Réunionnais ne paient plus au dessus de 15 euros ». Elle s’est également félicitée « d’une discussion ouverte et en bonne voie ». Selon les premières informations, cette baisse aurait déjà été actée par le Département et la Région Réunion.

Le gaz à 15 euros

Une baisse de 5 centimes sur le prix des carburants pour les transporteurs et de 6 centimes pour les taxiteurs a également été proposée. Les professionnels de la route ne se sont pas encore prononcés sur la question. Après s’être concertés à l’abri des regards, ces derniers sont retournés à la table des négociations. On attend toujours une décision. En conclusion, si le prix de la bouteille de gaz est maintenant acquis à 15 euros, celui de l’essence est encore en question. Hier soir, les transporteurs n’annonçaient pas de nouveau blocage pour la journée de mardi, mais se laissaient la possibilité de continuer à mener des actions pour obtenir une réponse favorable des autorités concernées.

Pour rappel, les transporteurs réclament une baisse de 25 centimes pour tous sur le prix de l’essence et la mise en vente de la bouteille de gaz à 15 euros au lieu de 21,76 euros actuellement.
Avec Imaz Press Réunion


Kanalreunion.com