Nou lé Kapab

La Région fait les choses en « missouk »

Allocation de formation doctorale :

Témoignages.re / 16 décembre 2011

Chaque année, la Région attribue à des étudiants en thèse des allocations leur permettant de poursuivre leurs études. L’année dernière, l’examen des dossiers et les attributions qui suivirent avaient suscité de grandes polémiques. Un an après, on aurait pu espérer que les leçons avaient été tirées et que tout serait mis en œuvre pour que l’examen de ce dossier « sensible » se passe dans les meilleures conditions. Rien de tout cela…

Depuis plusieurs années…

Afin d’apporter un jugement sur la qualité des dossiers présentés, un comité local d’experts (CLE) se réunissait afin d’émettre un avis. Les élus, réunis en commission éducation, en connaissance des dossiers et s’appuyant sur l’avis du CLE choisissaient en réunion les dossiers validés.

Il y a un an…

Grande fut la surprise pour les élus de l’opposition, l’année dernière lorsqu’ils se sont vu remettre une simple liste de noms pré-choisis par quelques élus de la majorité régionale, réunis en « missouk » quelques jours avant. Après demande en commission, les documents répertoriant entre autre les données tels les sujets de thèses, les laboratoires concernés, les notes ainsi que l’avis du CLE ont été remis à l’ensemble des élus.
Ces informations avaient permis aux élus de prendre une décision en connaissance de cause et pour le coup, elles avaient permis de mettre en exergue un certain nombre d’injustices. En effet, certains étudiants ayant eu un avis « très favorable » du CLE s’étaient vus rétrogradés et exclus du dispositif d’aides régionales, sur simple décision des quelques élus réunis auparavant.
Ces décisions avaient suscité de nombreuses incompréhensions et de la colère au sein de la communauté universitaire, à la fois des étudiants, mais aussi de certains enseignants.
La mobilisation avait permis de revenir sur le cas de deux étudiants, mais trois jeunes sont restés au final sanctionnés injustement par les élus de la majorité régionale.

Cette année…

Gardant en mémoire les évènements de l’année dernière, on aurait pu espérer qu’une attention particulière serait donnée pour que toute la transparence et la justice soient faites sur le traitement de ce dossier.
Rien de cela. Le dossier arrivé en commission éducation la semaine dernière était composé de quelques malheureuses feuilles, répertoriant encore une fois, la liste retenue par le comité de pré-sélection qui n’est autre que les 4 ou 5 élus de la majorité réunis en « missouk », un classement par ordre alphabétique et la feuille de présence du CLE. Pas de quoi faire la révolution.
Soulignant le manque d’informations pour prendre une décision juste, les élus de l’Alliance ont demandé aux services les documents habituellement remis même si c’est en séance. La nouvelle directrice de l’Éducation, a alors indiqué qu’un classement par ordre alphabétique était fourni, a soutenu, avant d’être contredite par Frédéric Cadet, que les élus n’avaient pas les années précédentes disposé de documents supplémentaires en finissant par indiquer aux élus de l’Alliance que le comité « missouk » avait suivie le CLE.
Interpellée elle aussi, la majorité régionale a déclaré bien évidemment faire confiance aux élus réunis en « missouk » pendant que Maya Cesari et Béatrice Leperlier insistaient sur les problèmes démocratiques qu’entraînaient un examen au rabais de ces dossiers.
Ainsi et malheureusement, si les élues de l’opposition peuvent aujourd’hui constater et regretter à nouveau le manque de transparence, elles ne peuvent en revanche pas se positionner sur la notion de justice, en l’absence d’informations suffisantes.

Le manque de transparence nuit à la démocratie

Si l’année dernière le problème portait sur le jugement des dossiers, cette année le problème se situe bien en amont. Comment prendre une décision qui semble juste quand les informations sont confisquées ?
Les élus de la majorité régionale ont validé le dossier en l’état et les services ont indiqué qu’il sera fourni à la commission permanente les documents complémentaires.
La commission éducation réunie jeudi dernier a donc fait le pari de prendre une décision sans connaissance de cause. Où est la notion de responsabilité et par ailleurs quel est le rôle de la commission éducation ? Bien qu’elle apporte qu’un avis sur les dossiers, elle fait partie intégrante du fonctionnement démocratique de l’institution et est l’occasion entre autre d’étudier les dossiers présentés sur le fond avant qu’une décision soit prise en commission permanente.
Pour cette année donc, la démocratie ne s’applique pas pour l’attribution des allocations de formations doctorales. Ajoutez à cela les délais très largement dépassés, à partir du moment où à la mi-décembre les étudiants thésards n’ont toujours pas reçu un euro d’aides, le caractère sérieux du dispositif de la Région prend dangereusement chaque année un coup non négligeable.


Kanalreunion.com