Nou lé Kapab

Le recteur et la transparence : c’est pas son nafair !

Recrutement dans l’Éducation nationale à La Réunion :

Témoignages.re / 2 septembre 2011

Comme chaque année, l’AJFER profite de la rentrée pour demander au recteur de la Réunion des chiffres permettant la transparence dans le recrutement au sein de l’Education Nationale à La Réunion. Déjà pas très coopératif sur ce sujet, c’est simplement le choix du mépris qu’il a fait cette année.

Dès le 25 juillet 2011, l’AJFER a interpelé par courrier le recteur de la Réunion. En l’absence de réponses, nous avons téléphoné quelques jours avant la rentrée. Toujours pas de réponses.

Invité sur la radio publique le jour de la rentrée, nous répondons à l’appel du journaliste pour lui poser nos questions. « Monsieur le recteur, combien de professeurs sont partis à la retraite cette année ? », réponse de l’intéressé : « Je ne vais pas répondre là, à des interpellations, comme ça, à la radio ».

Apparemment il n’a pas compris le fonctionnement de l’émission. Mais tout de même, force est de constater que la transparence, ce n’est pas trop son « nafair » au recteur.

La bataille pour la priorité à l’embauche des réunionnais dans les services publics est un combat contre le système, aujourd’hui dépassé et créateur d’injustices. Ce n’est pas une affaire de personnes. Ce n’est pas une lutte contre les personnes qui viennent de l’extérieur, ni ici, une lutte contre le recteur, car il ne fait finalement qu’exécuter un système bien ancré.

Cependant, quand Mostafa Fourar fait le choix de l’opacité, il engage sa responsabilité dans la mesure où son silence empêche la transparence nécessaire à l’évolution de la situation.


La lang’ la fourché

« Nous n’avons pas peur de cacher les chiffres », c’est en substance ce qu’a déclaré le recteur le jour de la rentrée sur la radio publique alors qu’on le questionnait sur la transparence des recrutements ! On n’espérait pas tant !


Circulaire sur le recrutement

En novembre 2009, le Conseil Interministériel de l’Outre-mer, lors des conclusions des Etats généraux de l’Outre-mer, posait le problème de l’embauche des Réunionnais et notamment à travers la proposition suivante : « Chaque administration devra mettre un plan d’action visant à faciliter l’accès des personnes originaires d’outre-mer à des emplois de responsabilité. Il s’agit de permettre l’émergence d’une fonction publique plus représentative du bassin de vie qu’elle administre pour la constitution de viviers de talents ultramarins ».

Le comité de suivi de la mise en œuvre des décisions du Conseil Interministériel de l’Outre-mer du 18 mai 2011 nous apprend que « dans le secteur de la formation publique, les ministères doivent élaborer des plans afin de favoriser l’affectation des ultramarins dans leur territoire d’origine et l’accès aux postes de responsabilité, comme il leur a été demandé dans une circulaire du 23 Juillet 2010. Une démarche de relance des ministères concernés sera engagée avec le ministère de la fonction publique afin de procéder à une évaluation du dispositif ».

Plus d’un an après cette fameuse circulaire, plus de nouvelle. Où en est le travail des ministères ?


Suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme

Les familles les plus modestes auront à peine eu quinze jours de repos. Début du mois, Xavier Bertrand annonçait la création d’un énième fichier, cette fois sur les bénéficiaires de prestations sociales, soit disant « pour lutter contre les fraudes ». Le recteur n’a pas raté le coche cette rentrée en remettant au goût du jour la suppression des allocations familiales en cas d’absentéisme.

C’est à croire qu’il y a un concours national sur celui ou celle qui attaquera le mieux ces pauvres qui piquent tout le fric de la France ! Résultat en 2012.
Qu’il s’agisse de l’Education, de la Sécurité Sociale ou encore de la santé, notre société tend à se caractériser par ce mode de fonctionnement : face à un problème, on s’attaque aux conséquences au lieu des causes. Traitement curatif quand tu nous tiens !


Kanalreunion.com