Nou lé Kapab

Le traitement de l’handicap à l’université de La Réunion

Tribune libre :

Témoignages.re / 30 septembre 2011

Le 12 septembre dernier, Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale, a annoncé que ce sont 214.600 élèves handicapés qui font leur rentrée en "milieu ordinaire" cette année. Les écoles accueillent 10.000 élèves de plus qu’à la rentrée 2010 et 60,3% de plus par rapport à 2005. Le ministère de l’Éducation se réjouit de cette augmentation : l’intégration des élèves handicapés en milieu scolaire est en hausse ! Cette augmentation étant la conséquence directe de création de poste d’assistant d’éducation dans les écoles, le gouvernement ferait presque croire que les élèves handicapés possèdent des dispositifs d’aménagement suffisants pour réussir au même titre qu’un élève lambda.

Détrompons-nous, le tableau n’est pas aussi idéal qu’il en a l’air. D’abord, c’est le manque de formation des accompagnateurs qui est dénoncé. L’accompagnement ne se fait pas dans la durée et la qualité pédagogique, remise en question, n’assure aucunement l’égalité des chances.
Ajoutez à cela la restriction budgétaire subie par l’éducation nationale qui donne une teinte mitigée à la fameuse mesure du gouvernement qui consistait à « avancer vers une société accessible à tous ». Pendant que 20.000 enfants handicapés restent sur le carreau car non-scolarisés, les autres passent avec difficulté la primaire, le collège et le lycée... et pour les plus courageux, nous avons les étudiants handicapés qui entrent à l’université...
En parallèle à ce bilan national mitigé de l’insertion des handicapés, il convient de se demander si l’université de la Réunion est en mesure de répondre aux besoins des étudiants handicapés.
L’université de la Réunion qui a pour objectif de devenir un pôle d’excellence dans l’océan Indien, fait de l’accueil et de l’intégration des handicapés une priorité. Plus loin que de faciliter l’intégration de l’étudiant handicapé dans un milieu ordinaire, l’université de la Réunion a également pour mission de donner les moyens humains et matériels afin de mener les étudiants insérés à la réussite.
C’est une assistante sociale, chargée de mission au pôle handicap, qui a été désignée pour prendre en charge les handicapés qui s’inscrivent chaque année. Ces étudiants bénéficient alors de la mise en place d’un accompagnement spécifique selon les besoins d’aménagement des études. Des assistants pédagogiques et des aides techniques sont mis à disposition des étudiants (supports matériels, adaptation des modalités d’examen...). Cette année, l’université de la Réunion a accueilli environ 70 étudiants en situation de handicap.
Pour ce qui est de la généralisation du numérique, on peut dire qu’elle constitue un atout supplémentaire pour l’accessibilité notamment pour les déficients visuels. Le site de l’université de la Réunion a été amélioré et l’accès aux emplois du temps, aux fiches de TD, aux résultats des examens en ligne et aux podcast sont jugés accessibles et pratiques par les étudiants interrogés.
Et même si les avis sont positifs sur les mesures d’accompagnement et les dispositifs déjà disponibles, certains étudiants émettent des critiques, notamment sur l’accessibilité des locaux.
En effet, certains bâtiments sont difficilement accessibles, par exemple le SUAOI qui reste inaccessible aux étudiants handicapés en fauteuil. De même pour les amphis, qui sont difficiles à intégrer, pour les étudiants souffrants d’un handicap moteur. Par exemple, il n’y a pas de place pour les fauteuils avec tablettes.
Interrogé sur sa vision de l’accessibilité des bâtiments ou des services de l’université, un étudiant malvoyant qui a préféré quitter l’île pour trouver mieux ailleurs, nous éclaire sur la réalité de la situation :
« Concernant l’accessibilité des locaux, je n’ai pas eu, en tant que non-voyant, de vraies difficultés à me déplacer dans l’université, si ce n’est dans le restaurant universitaire. Il est en effet presque impossible de s’alimenter de manière totalement autonome (sans aucune aide humaine). Enfin comme partout ailleurs, mais un peu plus encore à la Réunion, l’ignorance du handicap et le manque de considération même de l’handicapé sont grands chez les étudiants et chez le personnel. Ils sont encore trop nombreux à croire par exemple que la déficience visuelle cause des dommages mentaux ou encore moteurs. Pour preuve : le nombre d’étudiant ou de personnel qui hésitait à me laisser monter ou descendre des escaliers ».
De même, les avis ne sont pas unanimes quant aux efforts de l’université pour intégrer ces étudiants. Interrogé à ce propos, un étudiant dénonce que derrière ces dispositifs, « la mission handicap ne répond pas à ce qu’on pourrait attendre d’elle car certains handicapés n’ont pas l’impression d’être entendu et reste incompris. La mission handicap est inerte... ».
Il n’en reste pas moins que notre société doit se sensibiliser davantage sur le handicap. Les mesures d’accompagnement et d’aménagement restent encore insuffisantes pour accueillir l’étudiant handicapé et lui permettre de réussir au même titre que les autres. Le service de la Médecine Préventive de l’université recherche actuellement des bénévoles pour mener à bien la Mission Handicap. Afin de venir en aide aux étudiants en situation de handicap, la médecine préventive appelle au soutien de leurs projets et est ouverte à de nouvelles propositions pour l’amélioration des mesures d’accompagnement déjà existantes. L’investissement de l’étudiant peut aller au-delà des cours et toucher à des actions bénévoles et solidaires de ce type. Car l’aménagement et les structures existantes sont certes indispensables, mais la sensibilisation, notamment de la population estudantine, reste un facteur déterminant dans l’insertion et l’arrêt de la stigmatisation de ces étudiants porteurs de handicaps.


Parce que le cinéma c’est aussi ça…
Le Festival du cinéma chinois

Lancé depuis ce mercredi, le festival du cinéma se poursuit jusqu’au 4 octobre. Rendez-vous donc à Saint-Denis, au cinéma Le Plaza, à Saint-Pierre, au Rex, à Saint-Gilles ou encore à Sainte-Marie, au Cinépalmes. Toutes les séances sont à 5 euros.

Le Festival International du film d’Afrique et des îles

Rendez-vous est donné du 1er au 9 octobre dans la ville du Port, au cinéma Le Casino et à l’École Supérieure des Beaux-arts de la Réunion.

Retrouvez tout le programme sur le site www.festivalfilmdafriqueiles.fr

Sinon sa na un kabar maloya a swar o Por, Théatre sous les arbres, ek le groupe kiltir ! pou sat lé intéressé, i attend a zot à 20h30.


Nou ar trouve !
Remerciements à toutes et tous ceux qui ont participé à l’élaboration de ce journal, Elody M., Emeline V., Béatrice L., Robin N., Stephane M., Renan S.,
Retrouvez-nous sur FB « L’Az Do Fèr », sur le blog www.noulekapab.com ! RDV Vendredi prochain !
contact@noulekapab.com


Kanalreunion.com