Les sports

Les préparatifs des 11èmes Jeux africains vont bon train

Organisés du 4 au 19 septembre à Brazzaville

Témoignages.re / 3 août 2015

Le Secrétaire général de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), Tomas Amos Ganda Sitholé, a exprimé la satisfaction de son institution des préparatifs des 11èmes jeux africains prévus du 4 au 19 septembre prochain à Brazzaville, a appris la PANA vendredi à Brazzaville, auprès du ministère congolais des Sports.

JPEG - 28 ko

A l’issue d’un entretien avec le ministre congolais des Sports, Léon Alfred Opimbat, M. Amos Ganda Sitholé dit avoir apprécié la qualité des infrastructures qui seront mises à la disposition de la jeunesse sportive africaine lors de ces jeux du cinquantenaire. « Ces installations sportives sont les meilleures. C’est un grand bijou du cinquantenaire en Afrique. Lorsque nous avons fait la visite des installations, j’ai été très impressionné par ce que j’ai vu’ », s’est réjoui le Secrétaire général de l’ACNOA.
Les installations sportives et hôtelières sont déjà pratiquement terminées et l’effort se concentre désormais sur les infrastructures routières devant permettre l’accés à Kintélé, dans la banlieue nord de la capitale du Congo, à environ 25 km du centre. La quasi-totalité des chantiers est réalisée par des compagnies chinoises.

Un stade de 60.000 places

« A ce jour, nous n’avons aucun souci. Dans l’ensemble, nous sommes à plus de 95 % du taux d’exécution des travaux des infrastructures et de tous les préparatifs », a assuré le directeur exécutif du Comité d’organisation des jeux africains (COJA), Jean Lounana Kouta. « A l’allure où vont les choses, les Jeux vont se dérouler comme prévu. Avec tout ce qui a été fait, la fête sera belle », promet de son côté Agbessi Komlavie, ingénieur de SOCOTEC, entreprise française créée pour l’occasion afin de superviser les travaux du nouvel ensemble sportif de Kintélé, futur épicentre des Jeux panafricains.
A près de trois ans, l’ouvrage majeur, un stade anguleux de 60.000 places, dans une structure de tôle galvanisée aux teintes beige et sable est sorti de terre. Le coût total des travaux qui pèse sur le budget national frappé par la baisse du prix du pétrole, première source de revenus de l’État, n’a jamais été publié.
Mais le stade, à lui seul, a coûté officiellement 300 milliards de F CFA. Ont également été érigés un Palais des sports de 10.000 places, un Centre nautique de 3.000 places, un Centre administratif avec pavillon d’exposition, un Centre pour les médias et un hôtel de 100 lits.

Un village pour 8.000 athlètes

A deux kilomètres, les grands bâtiments blancs du village des Jeux, d’une capacité d’accueil de 8.000 lits, ont un air de cité administrative. – Double fête – C’est là que doivent être logés tous les athlètes d’une cinquantaine de pays de l’Union africaine (UA) devant participer à la onzième édition des Jeux, que Brazzaville accueille pour la deuxième fois de son histoire.
Après l’événement, le village doit être converti en campus pour une nouvelle université dont les travaux ont commencé, a proximité d’un grand lotissement de préfabriqués installé pour accueillir plus d’un millier de personnes relogées après la terrible explosion d’un dépôt de munitions dans l’est de la capitale ayant fait près de 300 morts.
Les Jeux africains doivent regrouper 8.000 athlètes concourant dans 22 disciplines. Ce sera un double événement, car la fête sportive sera précédée le 3 septembre par les festivités marquant le cinquantenaire de cette compétition organisée pour la première fois en 1965 à Brazzaville.


Kanalreunion.com