Les sports

Un projet qui sort de l’ordinaire

Centre nautique régional de Bois de Nèfles Cocos

YVDE / 31 décembre 2009

Le projet du Centre nautique de Bois de Nèfles Cocos a été vite et bien ficelé grâce à la signature d’une convention d’accompagnement entre la municipalité de Saint-Louis et la Fédération française de natation. Il aura un rayonnement régional et sortira de l’ordinaire. C’est l’avis des intervernants, hier, lors de la pose de la première pierre en présence de nombreuses personnalités.

« Nous avons constaté que les deux équipements construits en 1976 par la municipalité démocratique conduite par Christian Dambreville et en 1985 par l’équipe municipale que j’avais l’honneur de conduire étaient notoirement indispensables pour répondre à la pratique de la natation », souligne le maire Claude Hoarau, lors de son intervention.
C’est pourquoi, l’équipe municipale actuelle a « pensé à un troisième équipement ayant un rayonnement régional ». Lequel avait été évoqué, il y a une quinzaine d’années, quand des élus se préoccupaient de penser, pour le Sud, un vrai développement partagé, en octroyant à la Petite-Île un stade d’athlétisme, à Saint-Pierre un stade de football et à Saint-Louis un centre nautique. « Nous avons perdu beaucoup de temps, mais nous allons construire quelque chose qui sortira de l’ordinaire », note encore Claude Hoarau.
Il a de l’allure, le Centre nautique régional avec son bassin de 50 mètres aménageable transversalement pour multiplier les ateliers. Le cœur du centre nautique est accompagné d’un bassin de 25 mètres pour l’apprentissage, d’un centre d’hébergement de 50 places et d’un bassin ludique pour accueillir un public de personnes âgées, de femmes de retour de couches, de personnes en rééducation ou de toute personne qui en ressentirait le besoin, dans un centre de remise en forme unique dans l’île.

Partenariat avec la FFN

Et cela rend Francis Luyce, président de la Fédération française de natation, un peu lyrique quand il déclare reprenant la maxime de sa carte de vœux 2010, « créons l’espoir, le meilleur est à vivre ensemble aujourd’hui ». Il a quelques raisons, d’être fier de ce projet. La municipalité qui veut faire vite et bien a signé une convention de partenariat avec la FFN. Elle garantit à la municipalité une mission de conseil et d’accompagnement dans la conception et la réalisation de cet équipement, ainsi qu’une aide au dossier de financement.
Et comme il faut parler "gros sous", il en coûtera quelque onze millions d’euros (valeur octobre 2009). Mais l’ensemble sera réalisé par tranche. Certains trouveront le coût de l’équipement trop cher. Mais le président de la FFN a un argument fort. Il affirme que celles et ceux qui pratiquent régulièrement la natation sont en meilleure santé et font économiser quelque 150 euros par an et par personne à la sécurité sociale.

Bassins en inox

Et puis, comme l’affirme le maire, cet équipement permettra de donner un élan à l’un des plus anciens clubs de la ville, les Dauphins Saint-Louisiens. Lequel compte actuellement 438 licenciés et peut espérer monter à plus de 1.000 licenciés avec cet équipement « très attendu ».
De quoi réjouir Francis Luyce qui, sortant du meeting international de natation Plateau Caillou, souligne qu’il y a « vu émerger des nageurs de qualité. Il y a à La Réunion des talents. Je ne désespère pas de voir des Saint-Louisiens en sélection nationale ». Et dans la brassée, de promettre de faire venir des nageurs de talent lors de l’inauguration du Centre nautique de Bois de Nèfles Cocos, voire d’y organiser un meeting international.
Après les interventions d’Yvon Bello souhaitant la bienvenue au président de la FFN et de Raymond Lauret, plaidant pour le droit des futurs utilisateurs du centre nautique d’y venir à vélo, les officiels ont posé la première pierre. Pas une vulgaire pierre artificielle, mais un parpaing en inox. Car les bassins seront construits en inox. Une méthode utilisée en Europe, et notamment en Autriche, depuis 40 ans. Des bassins, se réjouit Claude Hoarau, « qui n’ont pas bougé, n’ont pas subi de retouches et ont su garder le même brillant ».
Allez, à trois, on plonge !

YVDE


Une démarche de développement durable

« La conception architecturale traduit également le souci d’intégrer des solutions permettant une meilleure gestion des énergies renouvelables », indique le dossier de presse. L’objectif est d’abord de dépasser l’autonomie énergétique et de revendre de l’électricité à EDF pour dégager, à terme, 200.000 euros par an sur l’exploitation de la structure. Pour atteindre cet objectif, le chauffage des bassins sera assuré par des capteurs solaires non vitrés (55% des besoins) et par des panneaux solaires sous vide. Les excédents de calories seront transformés en électricité et en énergie basse température et, à l’aide d’une machine à absorption, ce froid permettra de rafraîchir les locaux
Un équipement comme le Centre nautique de Bois de Nèfles Cocos est gros consommateur d’eau. Des procédés seront donc utilisés pour réduire la consommation en eau potable. Par exemple, la diminution des débits par l’utilisation d’aérateurs sur les robinets, de réducteurs de pression et de jets adaptés pour les douches limitées à 8 litres/minute. Une série de dispositions relatives au filtrage et au recyclage de l’eau potable sont envisagées comme l’installation de chasses d’eau double réservoir, alimentées par de l’eau recyclée… Ce qui permettra d’optimiser la consommation en eau potable.


Kanalreunion.com