Luttes sociales

Tout est parti de la démagogie de Didier Robert

La population poussée à la révolte

À la fin du mois de janvier, Didier Robert est en Guyane pour assister aux vœux de Sarkozy à l’Outre-mer. Il est évident que Sarkozy compte s’appuyer sur La Réunion pour lancer sa campagne, car l’UMP a gagné la Région et les Sénatoriales grâce à l’aide des adversaires du PCR. Didier Robert a donc voulu préparer au mieux la visite de Sarkozy en sortant une mesure démagogique : la baisse du prix du gaz sur fonds publics. C’est le point de départ de la révolte de la population.

Le 22 janvier, Sarkozy vient présenter ses vœux à l’Outre-mer en Guyane. Dans la délégation figure Didier Robert. Ce dernier n’a pas manqué de se féliciter de cette invitation. Sarkozy compte bientôt lancer sa campagne, et il est clair qu’elle doit passer par La Réunion. C’est là en effet que l’UMP a rencontré des succès inespérés : Didier Robert a remporté la Région et les Sénatoriales avec l’aide des adversaires du PCR. Le représentant de Sarkozy à La Réunion a donc du pain sur la planche pour préparer le terrain à son chef de file afin que la visite de Sarkozy soit triomphale.
Le 27 janvier, Didier Robert convoque la presse et présente ses vœux. Des journalistes ont été ébahis par les propositions du discours centré sur la réforme institutionnelle, prônant plus de responsabilités. Un comble pour quelqu’un qui écrit à tout bout de champ que La Réunion est une « terre française dans l’océan Indien ». Didier Robert croyait-il d’ailleurs à ce qu’il lisait ? Mais ce discours fixait le cadre de la visite de Sarkozy. Le candidat UMP viendra à La Réunion pour parler des institutions, ce qui lui permettra d’esquiver toutes les préoccupations immédiates des Réunionnais que sont le chômage, la vie chère et le logement.

Une subvention pour protéger les pétroliers

L’autre volet de la préparation de la visite de Sarkozy, c’est l’annonce d’une mesure clientéliste financée par l’épargne constituée à la Région par Paul Vergès pour financer les investissements à La Réunion.
Didier Robert annonce qu’il va faire baisser le prix du gaz. Tout le monde a pu alors constater que la Région à une nouvelle mission : subventionner les prix.
Cela a soulevé un débat dans l’opinion : c’est aux pétroliers de baisser leurs prix, pas aux contribuables de payer la baisse, car il n’y a pas de taxe sur le gaz.
Voyant cette annonce sur le gaz, les transporteurs et les associations de consommateurs ont donc revendiqué une baisse de 25 centimes sur les carburants pour tout le monde. Quand les 25 centimes sont arrivés sur la table, Didier Robert est pris à son propre piège, car là, l’argent de la Région ne peut pas tout subventionner. Quand Didier Robert a dit qu’il ne sait pas faire, et que le préfet a abondé en affirmant qu’une baisse de 25 centimes est irréaliste, la situation s’est enflammée.

Une aide étonnante

Didier Robert s’est retrouvé pris à son propre piège, et le préfet n’a pu que constater un embrasement général dans toute La Réunion. Mauvais augure pour la visite de Sarkozy, qui ne fixe pas de date.
De manière étonnante, la présidente du Conseil général a décidé de faire prendre en charge par sa collectivité 50% du coût de la proposition démagogique de Didier Robert sans que personne n’ait rien demandé au Département. En apportant une aide à Didier Robert, la présidente du Conseil général participe de fait à la préparation de la venue de Sarkozy alors qu’elle s’est engagée dans une majorité qui a comme objectif de lutter contre la politique de casse sociale de Sarkozy.
En voulant préparer la visite de Sarkozy en faisant de la démagogie, Didier Robert a ouvert la boite de Pandore. Au lieu d’amuser la galerie en créant les conditions de l’explosion, il ferait mieux de réfléchir à une réforme structurelle.



Un message, un commentaire ?